Romain Pinsolle le Jim Morrisson français

Le 29 septembre est une date clé. Mon anniversaire d'abord mais surtout la sortie de l'album de Romain Pinsolle. L'électron libre nous gratifie de son premier LP et avec lui, une belle découverte. A suivre !

lacn romain pinsolle



Avec son look à la Jim Morrisson, Romain Pinsolle, étonne. Pour un gars de son âge on pourrait l'imaginer flirter en musique avec de la soupe, des mélodies bâclées, du mauvais son, bref, tout ce que j'entends aux Victoires de la musique.

En même temps je ne regarde, ni surtout n'écoute, plus les Victoires depuis longtemps. Désaffection.

Mais avec Romain Pinsolle, pas du tout. Elevé à la sauce rebelle, après avoir fait ses premières armes au sein du groupe Hangar, dont il s'est séparé il y a 4 ans, le voila maintenant volant de ses propres ailes. Et c'est jubilatoire.

Rock, aérien, textes ciselés parfois désabusés, on s'approche de Bashung à certains moment (même si l'on n'égalera jamais le maître), avec cette attitude désinvolte qui passe vitre à l'enragé. c'est plein d'énergie, de folie entrainante.


lacn romain pinsolle

Le voir en live, et c'est immédiatement une bouffée d'énergie, c'est tranchant, incisif. C'est ce qui m'est arrivé aujourd'hui.

Avec des guest en plus, l'animal rode sur les terres poétique de Beaudelaire, joue avec les mots. Se démène sur scène du Point Ephémère. Et emporte tout son monde.

J'ignore où cela mènera, mais en attendant, la route est sympa à faire dans son sillage.



Aucun commentaire