Un étonnant voyage en Russie

La Russie fait l'objet de beaucoup de fantasmes, d'avis bien tranchés et souvent de réflexions à l'emporte pièce. Elle fait surtout l'objet d'incompréhension et au final d'ignorance.


Lorsque j'ai découvert que le musée Zadkine proposait de prolonger l'exposition "Voyage dans l'ancienne Russie", je n'ai pas hésité à m'y rendre.

Tour de signal du village de Bourkovo-juillet-aout 1909
Tour de signal du village de Bourkovo-juillet-aout 1909
Cette exposition nous permet de découvrir l'un des plus importants précurseurs dans l'univers de la photographie. Il est russe et il s'appelle Sergueï Mikhaïlovitch Procoudine-Gorsky. Il n'est autre que le petit-fils du dramaturge russe Mikhaïl Ivanovitch Procoudine-Gorsky. 
Procoudine-Gorsky-ete 1909
Procoudine-Gorsky-ete 1909
Réputé pour ses qualités d'ingénieur et de chimiste, il met au point en 1905 un procédé de trichromie revélé par une émulsion révolutionnaire. Celle-ci permet de couvrir toutes les couleurs du spectre grâce à un projecteur spécialement confectionné pour lui en Allemagne. Ce procédé de prise de vue permet de nous offrir, même aujourd'hui, des images d'une qualité et d'une couleur éclatantes.
Aiguilleur Bachkir-ete 1910
Aiguilleur Bachkir-ete 1910
L'exposition nous emmène sur les traces d'un des pionniers de la photographie en couleur. C'est un véritable voyage dans la Russie des années 1900. Une Russie rurale et multi-ethnique. Une Russie d'avant la révolution que l'on découvre avec envoûtement et un bonheur évident. 
Chapelle édifiée sur le lieu de fondation de l'ancienne Belozersk, sur la rive sud du lac Beloï-juillet-aout 1909
Chapelle édifiée sur le lieu de fondation de l'ancienne Belozersk, sur la rive sud du lac Beloï-juillet-aout 1909

La porte d'entrée du monastère de Rizpolozhensky, à Souzdal-printemps 1910
La porte d'entrée du monastère de Rizpolozhensky, à Souzdal-printemps 1910

Procoudine-Gorsky débute son travail de prises de vues dès 1905. Il réalise 70 images trichromes qui sont très rapidement remarquées et lui permettent d'exposer son travail d'abord à Saint-Pétersbourg puis dans plusieurs villes d'Europe les années suivantes. Elles suscitent l'enthousiasme et notamment de Nicolas II, qui le reçoit en 1909 au palais impérial. C'est le tournant de sa carrière car le Tsar, grand amateur de photographie, lui offre l'occasion de parcourir la Russie pour effectuer un travail de recensement du patrimoine artistique, culturel et humain du pays.
Machine de mise en balle du foin-ete 1916
Machine de mise en balle du foin-ete 1916
Avec à sa disposition un train spécial entièrement équipé pour la prise de vue, Procoudine-Gorsky s'embarque dans l'aventure depuis la Baltique jusqu'au Pacifique. Entre juillet 1909 et l'été 1916, et son départ en exil, il réalisera 3500 prises de vues.
Bayga (rassemblement équestre) aux environs de Samarkand-janvier 1907
Bayga (rassemblement équestre) aux environs de Samarkand-janvier 1907
Le musée Zadkine nous en propose une centaine, dont la particularité est d'être exposées dans des conditions d'éclairage qui les mettent particulièrement en valeur. Elles laissent apparaître un travail soigné de l'image et de la composition, révèlent un univers rural étonnant et apportent une vérité indispensable sur la Russie de cette époque. 
L'intérieur du Musée Zadkine
L'intérieur du Musée Zadkine

L'exposition permet également de découvrir le musée Zadkine, créé par la ville de Paris en 1982, et dans lequel travailla Ossip Zadkine, sculpteur né en Russie en 1890 et installé à Paris en 1928 avant de s'exiler aux États-Unis pendant la seconde guerre mondiale. Disparu en 1981, il a légué une très belle collection d'oeuvres à découvrir le temps d'un voyage dans l'ancienne Russie, comme en témoignent les images ci-dessous.

Photo prise par Procoudine-Gorsky

Photo prise par Procoudine-Gorsky

Photo de paysage prise par Procoudine-Gorsky

Photo prise par Procoudine-Gorsky


Voyage dans l'ancienne Russie 
Jusqu'au 18 mai 2014
Musée Zadkine
100 rue d'Assas

Aucun commentaire