7 Psychopathes… plus moi

J'adore ce film.

Je pense que, au cours de mon atelier d'écriture à l'INA, si j'avais présenté un projet de scénario du genre 7 Psychopathes ont m'aurait aussitôt répondu "tu sors".
C'est bien le problème du cinéma made in France.

Pour faire rêver les investisseurs, il faut aujourd'hui présenter une histoire "sociale" et bien souvent triste. Un peu à l'image de la cérémonie des Césars, par exemple. Bref, une histoire bien larmoyante pour le héros de notre film. Si, en plus, l'ami du héros meure ou se suicide durant le film, alors c'est encore mieux pour rendre la quête de notre héros crédible, surtout si celui-ci doit lutter contre un méchant patron, sujet ô combien à la mode en ce moment.

Hélas, pour mon malheur, je n'écris pas ce genre d'histoires. (Et pourtant, dans mon premier roman, mon héros se suicidait. Oui, mais un héros ne se suicide pas… m'a-t-on dit)

En fait, je dois être trop radical, on me demande de faire pleurer dans les chaumières et moi je fais se suicider mon héros. Bah quoi ? Vous pleurez pas ?

Bref, tout cela pour dire que 7 Psychopathes n'aurait jamais vu le jour en France. Trop barré. Irréaliste. Où voit-on en effet dans un long métrage français un enlèvement de chien comme élément déclencheur d'une histoire totalement ahurissante ?

Faites-vous votre propre idée, je vous invite pour cela à découvrir le DVD lorsqu'il sortira le 5 juin prochain, et vous verrez ce dont on est capable lorsque l'on se fait kidnapper son chien (Woody Harrelson). Ce dont on est capable aussi pour créer le scénario idéal lorsque l'on est un scénariste raté et de surcroit, en panne d'inspiration (Colin Farrell).


Vous découvrirez alors une brochette d'acteurs de très haut niveau (Colin Farrell, Woody Harrelson, Sam Rockwell, Christopher Walken, Olga Kurylenko entre autres), avec aux commandes de ce petit monde déjanté Martin McDonagh, le réalisateur de Bons baisers de Bruges, qui vous emmènera en dehors des sentiers battus du cinéma.

7 Psychopathes, sortie en DVD & Blu-Ray prévue le 5 juin 2013.

Aucun commentaire