LACN n°13 janvier-février 2004 : Panoramic sur le box office français

Avant de débuter l’année 2004, voyons comment se porte notre box office national. La fin de l’année a été marquée en effet par l’assaut en règle des blockbusters américains. Notre petite part de marché va t-elle y succomber ?


Une actualité riche


Eh oui, comme tous les ans à la même période, l’actualité est riche en sorties.

A commencer bien sur par le flop de la fin d’année ; ‘’Matrix Revolution’’ : comment un film aussi mauvais peut-il faire autant d’entrées ?

Auteur d’un excellent démarrage (8164 entrées sur les premières séances Parisiennes) devant ses illustres prédécesseurs ‘’X men 2’’ (7621 entrées) et ‘’Terminator 3’’ (5817 billets), la révolution tant promise ne s’est révélé être rien d’autre qu’une faible contestation.

Pourtant tous les espoirs étaient possibles.

Sorti simultanément dans 96 pays, sur 18000 écrans correspondants à 10013 cinémas dans le monde, le film des frères Wachowski a engrangé 43 millions de Dollars en 1ère journée.

En France il a attiré 314 410 spectateurs le premier jour, avec en ligne de mire bien sûr les 5,7 millions d’entrées de ‘’Matrix Reloaded’’.

Le prix du navet

Mais le bouche à oreille aura fonctionné finalement pour dissuader les spectateurs de dépenser leur argent en voyant ce navet. 

La chute aura été sévère et les chiffres parlent d’eux même : -69% d’entrées au Box office entre la 1ère et la 2ème semaine d’exploitation, avec 648 694 fans pour la 2ème semaine contre 1 506 238  pour ‘’Matrix Reloaded’’.

Cela n’aura quand même pas empêché près de 3,5 millions de curieux d’être tout de même présents en salle (mais beaucoup moins nombreux que pour ‘’Matrix Reloaded’’ ou pour le premier volet et ses 4,8 millions d’entrées).

Bonne nouvelle heureusement

Face à Matrix, ce sont quelques productions françaises qui ont résisté avant la deuxième vague d’assaut américaine.

‘’Les sentiments’’ de Noémie Lvovsky avec Melvil Poupaud, Isabelle Carré, Jean Pierre Bacri et Nathalie Baye atteint plus d’un million d’entrées et s’est permis de réaliser une meilleure moyenne par copie que Matrix.

On ne parle pas évidemment du carton de la comédie de Francis Weber ‘’Tais-toi’’.

Il s’agit aussi du meilleur score de Jean Reno depuis ‘’les rivières pourpres’’, en attendant ‘’les rivières pourpres 2’’ prévu le 28 janvier 2004, et peut-être un ‘’tais toi 2’’, voire un ‘’les sentiments 2’’ puisque la pauvreté des scénarii ne semble amener que des suites stériles. 

Un scénario sous le seuil de pauvreté

En parlant de pauvreté de scénario, on retrouve bizarrement une autre bonne surprise avec ‘’mauvais esprit’’. cette comédie ridicule de Patrick Alessandrin réalise un score étonnant vu l’insignifiance du film (plus de 1 million d’entrées). 

Ce n’est pas avec ‘’Michel Vaillant’’ en effet que les entrées des films français vont être ressuscitées.

Ce ‘’driven’’ franchouillard raté, où l’on s’attend à chaque virage à voir un clone de Stallone conduire une Ligier sans permis, est à inscrire au Panthéon des navets neuneu de Luc Besson, entre ‘’Yamakasi’’, ‘’le 5ème élément’’ et ‘’Taxi’’.

Sans parler de ‘’pas sur la bouche’’

Cette cacophonie d’Alain Resnay encore plus insupportable que la Star Académie ne rassemble que 342 323 vieux en deux semaines, pas de quoi rentabiliser les 11 millions d’Euro investis.

Inutile de citer aussi ‘’Ripoux 3’’ qui ne trouve pas non plus son public depuis les ravages de la canicule de l’été dernier…

Il faut donc se rendre en Europe pour voir de la nouveauté qui fonctionne.

Deutsche qualität

Derrière la locomotive ‘’Good bye Lenin’’, on trouve en effet le troisième succès transalpin de cette année, après l’excellent ‘’respiro’’ et ‘’nos meilleures années’’. 

‘’souviens toi de moi’’ obtient un score honorable (près de 100 000 entrées en 2 semaines). Figure également le premier long d’Andrei Zviaguintsev  primé à la dernière Mostra de Venise, ‘’le retour’’ qui réalise 50 000 entrées en première semaine.

Du côté des bons résultats américains, à noter celui de ‘’Intolérable cruauté’’, le dernier long des frères Coen dans lequel on retrouve un George Clooney en pleine forme face à la Catherine Zeta Jones dans son propre rôle de croqueuse d’hommes, ou plutôt de vieillards grabataires…

‘’Intolérable cruauté’’ réalise plus d’un million d’entrées en 4 semaines et permet aux frères Coen d’obtenir leur meilleur résultat après ‘’O’Brother’’ et ses 1,5 millions d’entrées.

La déferlante Nemo

Rien de bien sérieux quoiqu’il en soit pour rivaliser avec la déferlante de la fin d’année. Emmenés par Némo, les studios Disney Pixar entendent bien dominer farouchement le box office.

Carton plein donc pour le poisson clown qui a tout du poisson ogre : meilleure première semaine de tous les temps pour un film d’animation avec 2 056 621 entrées sur 893 écrans français, soit le 18ème meilleur démarrage de tous les temps.

Les 1 435 561 spectateurs de Tarzan en première semaine sont donc bien loin déjà (novembre 1999).

La nouveauté reste à voir dans le fait que cette sortie de Noël n’est pas un dessin animé traditionnel Disney mais un film d’animation Pixar : On observe en effet depuis quelques années une baisse des scores des dessins animés traditionnels (‘’Kuzco’’, ‘’la planète au trésor’’).

Il faudra attendre ‘’frère des ours’’ le 28 janvier prochain pour voir si cette tendance est vérifiée.

D’ici là, Némo aura peut-être déjà explosé les prévisions d’entrées les plus optimistes qui le projètent à près de 10 millions d’entrées…

Serial killer

Face à Némo, on trouve le 4ème film de Quentin Tarantino.

Après une absence de 6 ans, le trublion du cinéma US nous offre le premier volume de ‘’Kill Bill’’.

Le public est au rendez vous ; avec 651 264 entrées en 1ère semaine, les scores de ses trois précédents films sont dépassés (474 000 entrées pour ‘’Pulp fiction’’ et ‘’Jackie Brown’’).

Cela devrait permettre à ce film de vivre un carrière intéressante, sans toutefois arriver au niveau des 2,8 millions d’entrées de ‘’Pulp fiction’’.

Ce ne sera pas le cas de ‘’love actually’’, la comédie romantique de Noël et dernière bleuette de Richard Curtis, le scénariste de ‘’4 mariages et un enterrement’’ dans laquelle Hugh Grant tient le rôle d’un premier ministre transformé en Hugh Grant.

La fréquentation baisse

Avec tout cela, en Novembre la fréquentation ciné atteignait 17.1 millions d’entrées, soit 13.1% de plus qu’en novembre 2002.

Néanmoins depuis le début de l’année, les salles n’ont réalisé que 151.3 millions d’entrées, soit une baisse de 6.9% de la consommation par rapport aux 11 premiers mois de 2002.

L’estimation globale de la fréquentation en un an donne 173.2 millions d’entrées en 2003 contre une fréquentation élevée à 186.7 millions d’entrées en 2002.

Au total une forte tendance à la baisse en un an de cinéma (-7.2%).

La part de marché en berne

Une baisse de la fréquentation qui ne favorise pas non plus la part de marché du cinéma français par rapport au cinéma américain.

Sur un an, la part de marché des films français est tombé de 36.5% à 34.5% alors que celle des films américains atteint aujourd’hui 52.9% versus 50% il y a un an.

Ces chiffres ne sont évidemment pas près de s’arranger à la vue des sorties de fin d’année.

Le retour du cash

Ce tour d’horizon du Box Office s’achève en effet avec ‘’le retour du Roi’’, le dernier volet de la trilogie Tolkienne de Peter Jackson.

Le film est crédité tout simplement du meilleur démarrage de l’année avec 10 537 entrées parisiennes aux premières séances (toutefois derrière les deux premiers volets ; 11 715 pour le premier et 13 600 pour le second).

Il passe en revanche devant ses prédécesseurs dans l’Hexagone avec en cumul 1ère journée 375 978 entrées, soit un record pour un film d’une durée de 3h20.

De quoi réchauffer un peu les résultats définitifs du box office 2003 que nous vous communiquerons dans le prochain numéro.

Aucun commentaire