LACN n°12 novembre-décembre 2003 : Zoom sur Deauville

Le 14 septembre dernier s’est clôturé le festival du film américain de Deauville. LACN revient sur le palmarès de cette 29ème édition qui fait la part belle aux productions indépendantes.


And the winner is


Le jury, présidé par le maniaque sexuel Roman Polanski, a décerné cette année le grand prix à ‘’What Alice found’’ de A. Dean Bell, qui retrace les pérégrinations d’une jeune adolescente fugueuse qui quitte son New Hampshire natal pour rejoindre une amie en floride. 

Effectivement, on reconnait dans ce choix d'une adolescente "fougueuse" la patte de Roman Polanski, à défaut d'une autre partie de son organisme.

Recueillie en chemin par un couple de retraités très particulier, elle va peut à peut s’attacher à eux jusqu’au moment ou elle va découvrir leur secret...

Cette année, les films présentés se focalisent curieusement sur les problèmes d’adolescence. 

Est-un hommage à l’année de l’enfance maltraitée ? Ou un hommage direct au repris de justice qui préside le festival ?

Toujours est-il que ces productions semblent avant tout séduire particulièrement les jury (en particulier celui de cette édition), mais aussi le public à plus forte raison…

Thirteen primé

Pour preuve, le prix du jury du cinéma indépendant qui est revenu à ‘’Thirteen’’ de Catherine Hardwicke (lauréat du dernier festival de Sundance) dans lequel on retrouve Holly Hunter en mère courage qui cherche à faire revenir sa fille dans le droit chemin.

En effet, tout au long du film, nous suivons Tracy, une adolescente de 13 ans en pleine rébellion, qui va prendre pour modèle sa copine Evie et se lancer dans une surenchère de provocations, du vol de sac a main jusqu’aux piercing en passant par du sexe et de la drogue, dans l’unique but d’assurer sa popularité auprès des garçons.

A l’affiche dès le 10 décembre, ce film risque de faire parler de lui

Tout comme ‘’le retour’’, le premier long de Andreï Zvyagintsev, primé à la Mostra de Venise, dont la sortie est prévue le 26 novembre. 

Dans ce drame, la vie de deux frères va être bouleversée par l’apparition de leur père, dont ils se souviennent grâce à une photo datant d’une dizaine d’années.

Le palmarès Deauville 2003


Mais pour en revenir à Deauville et aux autres nominés, signalons la remise du prix de la critique internationale à ‘’American splendor’’ de Robert Pulcini qui nous emmène dans le monde bien particulier de Harvey Pekar, documentaliste à la petite semaine mais surtout auteur de BD à Cleveland.

Un film proche du documentaire dans lequel se croisent les personnages réels et les acteurs les incarnant. Le reste du palmarès est détaillé ci dessous.

Prix du Journal du Dimanche du public : ‘’Do the I’’ de Matthew Parkhill dans lequel une fille tombe amoureuse d’un brésilien le soir de l’enterrement de sa vie de jeune fille…

Prix des lecteurs Première : ‘’Milwaukee, Minnesota’’ de Allan Mindel ou l’on suit le petit Albert (Troy Garity) doté d’un don exceptionnel, celui d’entendre les poissons parler. Il devient dès lors un champion de pèche à la ligne qui suscite les convoitises...

Voilà donc pour le palmarès de ce 29ème festival.

Comme à son habitude, LACN ne peut s’empêcher de fourrer son nez dans le palmarès des éditions précédentes. 

Or figurez vous que si le festival de Deauville existe depuis 1975, ce n’est que depuis 1995 qu’une section compétitive délivre un palmarès pour les long métrages (et depuis 1998 pour les courts).

Cela permet d’asseoir Deauville dans la catégorie A des festivals mondiaux, et offre aux producteurs, réalisateurs et distributeurs une label de qualité. 

Deauville se place en effet depuis ses tout début sur le créneau de la découverte de cinéastes indépendants et de nouveaux talents, à l’image de ce que peut réaliser le festival de Sundance.

Les sélections depuis 1995 traduisent effectivement cette volonté.


Palmarès Deauville 1995 :

Grand Prix "Spécial Deauville" : Ca tourne à Manhattan de Tom DiCillo
Prix du Jury "Spécial Deauville" ex æquo : Denise au téléphone de Hal Salwen, Les Frères McMullen de Edward Burns
Prix de la critique : Swimming with sharks de George Huang


Palmarès Deauville 1996 :

Grand Prix "Spécial Deauville" : En route vers Manhattan de Greg Mottola
Prix du Jury "Spécial Deauville" : Bound de Larry et Andy Wachowski
Prix de la critique : Bound de Larry et Andy Wachowski


Palmarès Deauville 1997 :

Grand Prix "Spécial Deauville" : Sunday de Jonathan Nossiter
Prix du Jury "Spécial Deauville" ex æquo : En compagnie des hommes de Neil LaBute, Ulee's Gold de Victor Nunez


Palmarès Deauville 1998 :

Grand Prix du Cinéma Indépendant Américain : Et plus si affinités de Brad Anderson
Prix Spécial du Jury du Cinéma Indépendant Américain : High Art de Lisa Cholodenko
Prix du public : Et plus si affinités de Brad Anderson


Palmarès Deauville 1999 :

Grand Prix du Cinéma Indépendant Américain : Being John Malkovich de Spike Jonze
Prix Spécial du Jury du Cinéma Indépendant Américain ex æquo : Les frères Falls de Michael Polish, Guinevere de Audrey Wells


Palmarès Deauville 2000 :

Grand Prix du Jury : Girlfight de Karyn Kusama
Prix du Jury ex æquo : Memento de Christopher Nolan, Les Initiés de Ben Younger
Prix de la Critique Internationale : Memento de Christopher Nolan
Prix du public : Songcatcher de Maggie Greenwald
Prix Ralph-Lauren de la meilleure interprétation ex æquo : Michelle Rodriguez pour Girlfight et Mike White pour Chuck & Buck


Palmarès Deauville 2001 :

Grand Prix du Jury : Hedwig and the angry inch de John Cameron Mitchell
Prix du Jury : Ghost world de Terry Zwigoff
Prix de la Critique Internationale : Hedwig and the angry inch de John Cameron Mitchell
Prix Journal du Dimanche du public : Jump tomorrow de Joel Hopkins
Prix Ralph-Lauren de la meilleure interprétation : Tora Birch dans Ghost world


Palmarès Deauville 2002 :

Grand Prix du Jury : Long way home de Peter Sollett
Prix du Jury : One hour photo (Photo Obsession) de Mark Romanek et Long Island Expressway (L.I.E) de Michael Cuesta
Prix de la Critique Internationale : The Safety of objects de Rose Troche
Prix Journal du Dimanche du public : One hour photo (Photo Obsession) de Mark Romanek
Prix Ralph-Lauren de la meilleure interprétation : Patricia Clarkson dans The Safety of objects
Prix des lecteurs Première : One hour photo (Photo Obsession) de Mark Romanek

Aucun commentaire