Oplen sort O-P-L-E-N une mixtape de choc

Oplen, le projet électronique de Henrik Sunbring, nous dévoile O-P-L-E-N, une mixtape 5 titres à l'electro addictive, une fusion entre dark electro et ambiances psyché 70's.

Disponible en digital et en cassette, O-P-L-E-N se savoure les yeux fermés. Le Suédois Henrik Sunbring, basé à Stockholm et que l'on retrouve aussi dans le duo Domus avec Thobias Eidevald), s'est lancé en 2005 dans oplen, son projet solo, et frappe un grand coup avec cet album.

Le premier morceau, "O", lance l'harmonique de l'album, avec un décor dark electro apocalypique. Il me rappelle le son de Martin Saupe des débuts avec ses sets expérimentaux, DJ que j'avais découvert à Dresde en 2014 sous le nom de Tonelite.

J'y retrouve la touche dans Oplen cette touche magnétique à la fois entraînante et flippante.


Cette nouvelle mixtape, s'avère être en partie enregistrée et composée au cours d’improvisations. Un sorte de live qui donne au fil des titres l'impression de vivre pleinement l'aventure comme en club.

Sur chaque morceau, oplen part dans une direction musicale et technique différente ce qui donne à cette mixtape, un panel large de sensations. 

On fini en face B, par 0d13n une envolée ambient très aérienne et langoureuse, qui nous emporte loin.


Avec oplen, dont le nom vient de la dialectique suédoise mais reste énigmatique, Henrik Sunbring, poursuit son exploration musicale commencée il y a vingt ans. Au fil des années et des titres, son répertoire s'est enrichi, musicalement et techniquement au fil de l'évolution du matériel.

Disponible en digital et en cassette, O-P-L-E-N se savoure les yeux fermés


C'est ce que l'on ressent à l'écoute de O-P-L-E-N. La mixtape joue de diverses influences (une large palette entre Aphex TwinAutechre ou Godspeed You! Black Emperor) et explorations sonores, elle montre la polyvalence et la maîtrise d'oplen. Pise après piste, le son diffère et s'enrichit, tan par le style que la structure.

Pour cette mixtape, Henrik Sunbring a pu user d'influences différentes que permet la texture des sons electro. On tombe ainsi sur des plages minimalistes parfois, dark-wave, ou encore kraut-rock, ou des boucles enregistrées sur des sons improvisés comme le crépitement d'un feu, ou le rebond d'une balle.

Voilà qui apporte un certain dynamisme aux compositions d'oplen, dont on ne se lasse pas.



Pour en savoir plus :

Facebook

Aucun commentaire

Tu as le droit de mettre un commentaire !