The Silly Toys fait revivre les nineties

The Silly Toys présente son dernier single "Feelings" avant la sortie du premier album. Il complète le précédent morceau "Strangers" et nous replonge avec joie des les années 90.

C'est rare, mais je vous le dis quand même : j'ai hâte d'être au 4 décembre car c'est le jour de la sortie du premier album de The Silly Toys.

Je dis cela parce que le titre qui tourne en boucle actuellement sur la chaîne c'est "Strangers", sorti avant l'été mais qui reste dans mon Top 10 de l'année. 

Ok, mais l'année n'est pas finie, me dit José l'ingé son du podcast. Et c'est une année de merde, rajoute Anna, notre Kawaï girl qui s'occupe de la promo (de quelle promo vous me direz, je me pose la même question).

En fait, non, cela dépend. L'année n'est pas pourrie. Pour moi l'année est plutôt pas mal, même, considérant le fait qu'on peut écouter des titres aussi bons que "Strangers". Mais on fera le bilan plus tard. Aujourd'hui penchons-nous sur The Silly Toys.



Pour moi ce "Strangers", c'est du bonheur. Tout d'abord les riffs de guitare sont bien puissants comme j'aime et on est dans un pur rock alternatif des années 90, ce qui confère une certaine nostalgie à l'ensemble. La voix mélancolique de Stéphane Weis (auteur/compositeur/interprète et guitariste) se prête admirablement à cette nostalgie, j'y retrouve également un zest de New Order, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Récemment est sorti le titre "Feelings", un deuxième single de The Silly Toys, histoire de nous faire patienter avant la sortie prochaine de leur album éponyme, prévu pour le 4 décembre 2020.

Là aussi, retour dans les nineties, avec un clip signé Ulysse Thevenon, qui fait la part belle à la nostalgie visuelle. 

Derrière, d'autres "Feelings" viennent s'ajouter en incrustation, moins cool car plus contemporains (environnement, grosses mégalopoles, manifestations, le port du masque, etc.). Heureusement, pour contrecarrer tout cela, il y a une lueur d'espoir (« no reason to be sad »). On aurait tendance à dire, pourquoi pas.



The Silly Toys est une formation composée de Stephane Weis accompagné de Ben Scot à la batterie, d’Adrien Touraine à la basse et aux choeurs et de Patrice Bui, à la guitare et aux choeurs. 

Ils mettent justement du coeur à l'ouvrage, et l'on sent qu'ils ont été depuis le plus jeune âge nourris à pop-rock. Leurs influences, rassemblant un mélange de pop, rock, rock indie puisé dans les années 60 et 90, sont aussi le fruit de leur parcours. 
Avec The Silly Toys, on tient là un groupe français de “feel good pop rock” à l'avenir prometteur.

Stéphane a passé son enfance au Luxembourg avant de partir à Londres pour jouer puis atterrir en France, dans plusieurs formations et de faire la première parte d’Indochine, de Nada Surf et de Joseph Arthur. 

Ben est un pur produit du rock indie anglais, de par ses racines musicales, sont père et son grand-père étant tous deux chanteurs de rock. 

Adrien lui aussi tient le virus de la musique des gènes familiaux, peut-être plus classiques, mais il a finalement muté vers la pop. 

Quant à Patrice, il est tombé très tôt dans la marmite de la musique, auteur-compositeur-interprète, avec entre autres Night Bird, il rejoint Stéphane pour The Silly Toys, pour le plus grand plaisir de ce dernier : 

J'ai toujours voulu faire un groupe avec Patrice. Ça a pris un peu plus de temps que prévu, plus de 10 ans, mais là c'est enfin le bon timing.

Avec The Silly Toys, on tient là un groupe français de “feel good pop rock” à l'avenir prometteur.



Pour en savoir plus :

Aucun commentaire

Tu as le droit de mettre un commentaire !