Dolemite Is My Name ou l'hommage d'Eddie Murphy au parrain du Rap

Netflix a sorti récemment "Dolemite Is My Name", long métrage avec Eddie Murphy, retraçant les pérégrinations de Rudy Ray Moore, considéré comme le parrain du Rap. Un ovni télévisuel à ne pas manquer.


Eddie Murphy se taille la part du lion dans "Dolemite Is My Name".

Le retour d'Eddie Murphy

Cela faisait longtemps qu'on attendait le retour d'Eddie Murphy, que l'on avait tendance à oublier depuis les années 2000, malgré quelques apparitions ("Dreamgirls", "Shrek)".

Et c'est sur Netflix qu'il refait surface, et dans la pur tradition qui a fait son succès, en comique et dans un rôle survitaminé.

C'est un pari ambitieux auquel il s'attaque, dans ce film où il tient la vedette, celle du personnage de Rudy Ray Moore, un comique américain au multiples facettes, passé du stand up à disquaire, puis de comédien à producteur, distributeur de ses propres films de blaxploitation.





Pari réussi pour Eddie Murphy

Voilà un film drôle, que "Dolemite Is My Name". Un film qui ne se prend pas au sérieux, et au rythme endiablé qui, après un démarrage mettant en place les différents personnages, n'offre que peu de répit au spectateur.

La structure narrative réussit l'effet boule de neige avec des évènements s'enchaînant presque naturellement et sur un rythme de plus en plus accéléré.

L'énergie livrée par Eddie Murphy est communicative et l'on plonge radicalement dans le personnage qu'il nous propose de découvrir. 

Il exprime avec lui son talent et l'on retrouve avec plaisir l'Eddie Murphy que l'on avait déjà aperçu dans "Bowfinger" en 1999 mais qui nous manquait depuis. Autant dire une prestation pleine d'envolées comiques.

Un feel good movie plein de charme

Le film n'en oublie pas certain traits de caractère du personnage central, Rudy Ray Moore, son besoin presque maladif de notoriété, les aspérités de son enfance qui le poussent à tenter de voler plus haut au risque de se bruler les ailes, ses paris fous et insensés et les défis qu'ils se lance, sans filet en cas de chute.

Voilà des ingrédients permettant de livrer quelques scènes et répliques émouvantes mais rares, dans lesquelles ce personnage de façade se livre et ouvre son coeur.

Eddie Murphy se taille la part du lion dans "Dolemite Is My Name".

Eddie Murphy, entouré d'une pléiade de comédiens de renom (Snoop Dogg en DJ improbable, Wesley Snipes sublime et à se tordre de rire), nous offre un feel good movie de fort bon aloi, et retrace le parcours si spécial de Rudy Ray Moore, décédé en 2008, et connu comme le parrain du Rap.


Signé Craig Brewer ("Hustle and Flow" et "Black Snake Moan"), l'univers Blaxploitation est parfaitement remis au goût du jour, avec des costumes impayables, une bande son à tomber et des décors parfaits, offrant une plongée réussie dans l'époque.



Rendez-vous avec Rudy Ray Moore

On considère Rudy Ray Moore, aka Dolemite, comme le parrain du rap, avec ses slam salaces qui auraient inspirés les rappeurs à la fin des années 70. Il faut dire que niveau slam, son expérience en stand up lui permettait de jongler avec les mots avec une folle aisance, de manier humour et irrévérence dans un flow puissant. Autant d'éléments qui inspirent la culture rap.





Mais l'on pourrait aussi le mettre en concurrence avec Pigmeat Markham, dont le morceau "Here Comes The Judge" en 1968 impose encore le respect des plus grands.



Quelle que soit la concurrence, Rudy Ray Moore comme Pigmeat Markham forcent l'admiration et sont bien deux facettes des racines d'une culture.

Une culture dans laquelle nous replonge ce film particulièrement réussi.



Pour en savoir plus :

Eddie Murphy se taille la part du lion dans "Dolemite Is My Name".


Aucun commentaire

Tu as le droit de mettre un commentaire !