Le clash: Amazon Prime Philip K. Dick Electric Dreams VS Netflix Black Mirror

Netflix avait lancé un pavé dans la marre SF avec sa série "Black Mirror". Amazon Prime a suivi peu de temps après en lançant "Philip K. Dick - Electric Dreams". C'est l'occasion de les comparer.


Le clash: Amazon Prime Philip K. Dick Electric Dreams VS Netflix Black Mirror. Pourquoi on préfère Electric Dreams.

"Electric Dreams" Vs "Black Mirror : la nouveauté

"Black Mirror" a l'avantage de la nouveauté. Lancée par Channel 4 en 2011 puis presque aussitôt repérée et rachetée par Netflix, "Black Mirror" a frappé un grand coup dès ses débuts.

On avait droit à une série d'anticipation mais dans un univers qui nous était très proche. Trop proche parfois tant la fiction rejoint la réalité pour certains épisodes.

Avec "Electric Dreams", on surfe sur le même concept de SF, de dystopie un peu effrayante qui donne à réfléchir. 

Mais point de nouveauté puisqu'elle apparaît presque 4 ans après le premier épisode de "Black Mirror".

Résultat, déjà 5 saisons pour l'une contre une seule pour l'autre.

But de "Black Mirror" : 0 - 1





"Electric Dreams" Vs "Black Mirror : la disparité

Là où le côté so british se retrouve tout au long de "Black Mirror", la griffe anglo-américaine de l'écriture d'"Electric Dreams", entraîne parfois une légère disparité de style et de sensibilité d’un épisode à l’autre.

Cependant, c'est le lot de toutes les séries. 

À l'instar de "Black Mirror", "Electric Dreams", donne aussi une sensation inégale dans le rythme comme dans la narration. 

Cela tient aux intrigues et à la thématique de chaque épisode.


Le clash: Amazon Prime Philip K. Dick Electric Dreams VS Netflix Black Mirror. Pourquoi on préfère Electric Dreams.


Comme pour "Black Mirror", les thématiques étranges de "Electric Dreams" sont associées à des baisses de rythme de certaines histoires et au jeu parfois inégal des comédiens. 

Cela peut interpeller ou donner à préférer une série à l'autre. Mais ces disparités sont des défauts communs aux deux séries.

Poteau sortant :  0 - 1

"Electric Dreams" Vs "Black Mirror : copier-coller ?

"Electric Dreams" ressemble à première vue à un spin-off de "Black Mirror". Et d'ailleurs depuis le début, la série a souffert de la comparaison puisqu'elle est apparue longtemps après "Black Mirror", sur des thèmes parfois similaires.

En regardant "Electric Dreams", on pourrait même, sans le savoir, croire que l'on regarde des intrigues issues de "Black Mirror".


Le clash: Amazon Prime Philip K. Dick Electric Dreams VS Netflix Black Mirror. Pourquoi on préfère Electric Dreams.


Même si la série s'appuie sur l'oeuvre de Philip K. Dick, auteur visionnaire à qui l'on doit les adaptations de "Blade Runner", "Total Recall", "Minority Report" et dernièrement "The Man In The High Castle", la comparaison est un handicap dont souffrira toujours "Electric Dreams". 

Mais cela n'est pas de facteur suffisant pour les départager.

Poteau sortant : 0 - 1


"Electric Dreams" Vs "Black Mirror : la tonalité

Allons dans le dur maintenant. 

À la vision de tous les épisodes des deux séries, il m'apparaît que le ton narratif de "Electric Dreams" est moins violent.

Ce que je veux dire c'est qu'il se place en fait dans la lignée des récits de Philip K. Dick

C'est plus déprimé, plus sombre, plus lent parfois, et cela oriente la série vers des mondes qui me semblent bien plus éloignés de notre réalité que pour "Black Mirror".


Le clash: Amazon Prime Philip K. Dick Electric Dreams VS Netflix Black Mirror. Pourquoi on préfère Electric Dreams.

En fait, je trouve que "Electric Dreams" voit plus loin, vers une sorte d'univers parallèle car il porte en lui une vision plus allégorique.

Cela donne à "Electric Dreams" un air plus classique, plus rétro.

Là où j'ai l'impression que "Black Mirror" est trop ancré dans notre époque, avec moins de recul, et une froideur presque clinique, "Electric Dreams" a cette petite saveur des séries d'antan, celles des rêves et des illusions SF des années 60-70.

Celle des séries classiques de science-fiction, dans la lignée des visions de Ray Bradbury. C'est ce qui donne une touche plus intrigante et intéressante à "Electric Dreams".

Égalisation de "Electric Dreams" : 1 - 1





Electric Dreams" Vs "Black Mirror : la construction narrative

Là structure narrative des épisodes de "Black Mirror" a du mal à se frotter à celle de l'oeuvre de Philip K. Dick.

Près de 90% des épisodes de "Black Mirror" se présentent comme suit :
  1. La découverte des personnages, de leur environnement et de la technologie dans laquelle ils évoluent. Ce monde est décrit comme la norme et bien souvent la technologie est à l'origine de cette normalité.
  2. La narration nous apprend comment la technologie a façonné l'identité, le style de vie des personnages et transformé la société. 
  3. La narration introduit chez le personnage principal un comportement déviant face à cette technologie. 
  4. La situations dramatiques s'enchaînent du fait de ce comportement déviant, mettant à mal la psychologie du protagoniste, l'entrainant vers une issue dramatique.
  5. Exposé au pire de la technologie, le protagoniste déviant peine à s'en sortir dans un happy end et la technologie prend le dessus.
Le clash: Amazon Prime Philip K. Dick Electric Dreams VS Netflix Black Mirror. Pourquoi on préfère Electric Dreams.

Les épisodes adaptés des nouvelles de Philip K. Dick se présentent différemment :
  1. L'irruption directe dans un décor avec une scène de conflit qui présente les protagonistes.
  2. La découverte et la présentation du monde dans lequel se jouera l'épisode ainsi que la psychologie du personnage principal face à ce conflit.
  3. La révélation progressive de nouveaux ingrédients dramatiques, avec l'exploration du monde complexe dans lequel progresse et doit réagir le personnage principal.
  4. La réaction du personnage principal, son cheminement vers un choix critique sensé dénouer le drame qu'il vit.
  5. Les conséquences avec un changement majeur qui se produit pour le personnage principal.

Le problème de "Black Mirror" tient à mon avis dans la faiblesse des incidents dramatiques et surtout dans leur cheminement.  

La narration des épisodes de "Black Mirror" n'expose pas assez le point où le personnage principal prend une décision clé qui conduit à sa chute.

But de "Electric Dreams" : 2 - 1



Electric Dreams" Vs "Black Mirror : la profondeur

L'univers d'"Electric Dreams" me semble plus profond que son concurrent. 

Là où "Black Mirror" puise ses thématiques dans la dépendance à la technologie, "Electric Dreams" les place autour des questionnements sur l'origine, l'humanité, l'identité. 

Ce sont autant de thèmes philosophiques chers à Philip K. Dick.

Cet héritage est plus que perceptible dans le premier épisode, "The Hood Maker", un polar rétro-futuriste que l'on situe aussitôt dans un État policier, et qui fonctionne comme un mini "Blade Runner".

"Electric Dreams" plante me semble-t-il un univers plus solide. Il faut dire que la série s'inspire de 10 des 141 nouvelles écrites par Philip K. Dick, soit autant de matière et de profondeur.


Le clash: Amazon Prime Philip K. Dick Electric Dreams VS Netflix Black Mirror. Pourquoi on préfère Electric Dreams.

Une telle profondeur de catalogue et de narration que ne possède pas la série "Black Mirror". 

La série Netflix est limitée en effet par son postulat de base, inspiré de son titre, où chaque histoire relate des méfaits de la surveillance, d'Internet, des jeux vidéos, et donc des problématiques contemporaines.

Cela reste des problématiques assez limitées, qui me donnent l’impression de voire au fil des 5 saisons des répétitions d’épisodes précédents de "Black Mirror".

J'aurais donc tendance à donner l'avantage à "Electric Dreams" sur la profondeur et l'originalité.

But de "Electric Dreams" : 3 - 1


Electric Dreams" Vs "Black Mirror : le casting

En une saison, "Electric Dreams" offre un beau panel de stars quand "Black Mirror" pariait à ses débuts sur des visages so british peu connus à l'époque de la sortie. 

Cette différence de grands noms tient au fait d'une volonté délibérée d'Amazon de propulser au plus vite "Electric Dreams". 

Et c'est efficace, car l'on retrouve des visages très connus. Steve Buscemi (épisode 4 "Crazy Diamond"), Janelle Monae (épisode 8 "Autofac"), Anna Paquin (épisode 4 "Crazy Diamond" et 5 "Real Life") , Terence Howard (épisode 4 "Crazy Diamond"), Vera Farmiga (épisode 7 "Kill All Others"), Bryan Cranston (épisode "Human Is..."), Greg Kinnear (épisode 10 "The Father Thing") et Mireille Enos (épisode 10 "The Father Thing"), entre autres, tiennent la vedette, et c'est un plaisir de les voir à l'écran.


Le clash: Amazon Prime Philip K. Dick Electric Dreams VS Netflix Black Mirror. Pourquoi on préfère Electric Dreams.

La saison 5 de "Black Mirror" tente de se mettre au niveau avec l'apparition de Anthony Mackie ("Avengers: Endgame"), Miley Cyrus ("Les Gardiens de la Galaxie 2") ou de Andrew Scott (Moriarty dans "Sherlock").

Il n'en reste pas moins que, célébrités ou pas, la majorité des épisodes restent attractifs par leur castings parfaitement au niveau de ces deux séries. Difficile de les départager si ce n'est peut-être par leur cachet...

Poteau sortant : 3 - 1

Résultat final : victoire de "Electric Dreams"

Cela fait un score final de 3 à 1 pour "Electric Dreams". 

Une nouvelle fois, Philip K. Dick parvient à faire son show d'outre tombe.

Aucun commentaire

Tu as le droit de mettre un commentaire !