Louis Arlette fusionne des ruines et des poèmes

Après un premier album révélation, SOURIRE CARNIVORE, sorti en 2018, Louis Arlette nous gratifie d'un nouvel opus d'exception : DES RUINES ET DES POÈMES.

Louis Arlette fusionne des ruines et des poèmes pour son nouvel album.

Exception est bien le qualificatif que l'on pourrait donner à l'écoute de ce DES RUINES ET DES POÈMES sorti le mois dernier.

Un univers très personnel

Car avec cet album, Louis Arlette explore à nouveau un univers musical qui lui est cher, un rock électro à la limite industriel sur lequel il nous a bercé dès le premier album.

J'ai en mémoire notamment le morceau "A Notre Gloire", puissant et fort et tellement caractéristique de son style.

Mais cette fois, cet univers, il le transcende avec des textes encore plus forts et ciselés. Une matière qu'il rend vivante et vibrante grâce à son talent d'interprète, à son univers tout en nuances de sombres, mais aussi à son talent de compositeur et sa sensibilité sonore.

Les sonorités sont bien l'axe de travail principal en effet pour cet ingénieur du son de formation, qui a baroudé en studio aux côtés des plus grands, passant une dizaine d'années avec le groupe Air notamment.

Une somme d'influences

Autant d'expériences qui ont mâturé sa culture musicale, la mixant avec sa passion initiale des groupes et des artistes à l'énergie brute, au romantisme passionné et sombre.

Parmi eux, ce sont des références : Depeche Mode, Radiohead, The Cure, Kraftwerk et Nine Inch Nails.

Du pur son industriel à côté duquel il s'est imprégné aussi d'autres sensibilités plus pop, plus rock, plus Frenchies également, à l'instar de Daniel Darc, Etienne Daho, Indochine ou Rita Mitsouko.


Louis Arlette fusionne des ruines et des poèmes pour son nouvel album.


Ce sont tous ces croisements que l'on retrouve aujourd'hui dans ce DES RUINES ET DES POÈMES avec une touche en plus, poussées encore plus loin.

Un artiste vrai et attachant

Louis Arlette apporte de nouvelles références, pas forcément plus sombres, mais peut-être plus en sensibilité. L'univers, un peu orageux, un peu tumultueux, apocalyptique parfois, reste présent mais s'accompagne de davantage de poésie. Ce sont bien des ruines, et des poèmes au final.

C'est le cas, notamment avec ce premier extrait "Je Suis Un Soir d'Été". De ce texte de Jacques Brel, écrit en 1968, Louis Arlette en fait une version revisitée, amplifiée par son univers, à la fois fragile, romantique et noir.

Et magnifiée par son interprétation également, juste et personnelle, et par la justesse de sa voix, qu'il enchante de mots forts, et qui parfois n'est pas sans me rappeler certains morceaux de Stephan Eicher.

C'est ce qui donne un morceau étourdissant, mis en valeur par un artiste vrai et attachant.






Attachant, c'est véritablement le cas aussi de cet album DES RUINES ET DES POÈMES au fil duquel s'égrainent les mélodies fortes et les textes touchants. Un album qui commence par "La Discorde" et que donne immédiatement le ton de cet album puissant.





Louis Arlette sera en concert le 12 septembre au Café de la Danse.

Pour découvrir Louis Arlette, et en savoir plus, rendez-vous sur sa page Facebook  et Instagram

Aucun commentaire