La vision d'ANIMEITID se découvre sensuelle et puissante

ANIMEITID, groupe parisien créé en 2016 fait une entrée particulièrement remarquée dans l’olympe électro. C’est avec leur premier single « Kalimba » que l’aventure commence. Elle les propulse directement au sommet. 

lacn animeitid kalimba


D’abord la voix transcende, puis la musique s’impose, dans une sonorité électro envoutante, qui n’est pas sans rappeler l’ambiance obsédante de Frauds, voire de Zero 7 ou de TinyFighters. Nous voici alors submergé de beats Trip-Hop et électro venus d'un autre monde.

Le club des quatre

Voici donc ANIMEITID, un groupe énigmatique, rassemblant quatre parisiens dont les univers éloignés se regroupent et fusionnent pour nous dans une élégance musicale électronique, une expérience électro-organique et orgasmique réussie, mêlant musique urbaine et tribale.

ANIMEITID, c’est bel et bien une rencontre, avec Adèle, avec Ophélie, avec Évangéline et avec Marc.

Evangéline c’est la chanteuse et pianiste. Ophélie, elle, est chanteuse et rappeuse. Toutes deux sont accompagnées de deux musiciens ; Marc, c’est le multi-instrumentiste, également compositeur de musiques de film. Et enfin Adèle, est multi-instrumentiste également, et spécialiste des instruments ethniques, avec lesquels elle ajoute une touche presque sacrée aux compositions du groupe. 


lacn animeitid kalimba


Quatre parisiens, dont on sait si peu, mais dont on découvre déjà beaucoup, avec la sortie de leur premier single « Kalimba ».

C’est en image qu’ils se montrent le plus, dans ce film signé Nicolas Mongin.



Entre Trip-Hop et electro

Avec ce clip à la fois tribal et SF, ANIMEITID nous propose une virée dans son univers électro dark, de l’électro presque post apocalyptique.

La Terre, submergée de Novichok, voit l’espèce humaine se métamorphoser. Intitulé  « Kalimba », tout simplement parce qu’il s’agit du nom d’un instrument tribal africain, que d’ailleurs le groupe utilise dans ses compos, ANIMEITID nous inviterait presque à la transe.

Une transe originelle qui est le point d'orgue souhaité dans leur musique, rassemblant pour cela leur passion pour les instruments d’un autre monde, d’une autre culture. 

Ce rêve ethnique, ouvertement assumé, rythme en effet l’univers de nos quatre artistes.

C’est beau comme une renaissance vaudou, et dont la voix ferait presque penser à celle de Skye Edwards de Morcheeba, revisitant cette vision trip Hop née dans les 90’s. 


lacn animeitid kalimba


L'ensorcelante Kalimba

C’est donc sous le signe de la renaissance et du magnétisme qu’ils impulsent leur rythme et leur vision artistique. 

Elle se révèle avec « Kalimba ».


À suivre donc, d’abord sur leur page Facebook, et à écouter, impatient d’en découvrir davantage. 

Aucun commentaire