Fortune, ou l'hymne à l'amour de Jérôme Ghern

Des textes ciselés, des mélodies captivantes, il n'en faut pas plus à Ghern pour se faire remarquer avec FORTUNE, son nouvel EP.

lacn ghern fortune

De solides bases


Jérôme ghern est devenu en peu de temps une référence dans le milieu musical, notamment avec la sortie de sa reprise, il y a quelques années, de la superbe chanson de Nino Ferrer "La rua Madureira". 





Avec RÉCONCILIER, son premier EP sorti en 2016, Jérôme Ghern avait laissé entendre déjà toutes les facettes de son talent. 

Une voix rauque, des textes ciselés à merveille et un univers à la fois poétique et pessimiste parfois.

Débarrassé de son prénom, il nous propose aujourd'hui FORTUNE, son second EP, histoire de nous démontrer qu'il a bel et bien sa place au Panthéon des meilleurs songwriters Français. 
lacn ghern fortune


Et c'est le bien le cas, tant on retrouve chez lui l'influence des plus grands, notamment cette petite pointe de Bashung ou Daho, entre autres. 

Voilà de quoi offrir au public toute une palette de tendances que l'on retrouve dans ces 6 titres nous font voyager entre pop, rock et folk. 





Le frisson est au rendez-vous

Et une fois de plus Ghern se livre totalement avec des mélodies parfois désabusées, parfois entêtantes, parfois intimes ou fragiles mais toujours pleines de sincérité. 


lacn ghern fortune

Pour cette nouvelle galette, il fait la part belle aux instruments et aux textes savamment travaillés pour nous en sortir des titres plus acoustiques et étoffés.

FORTUNE est conçu sur le tempo de l'émotion et de l'intime. Avec le titre "Sauve qui sauve", on est immergé dans une sorte de bossa bricolée, style qu'il affectionne. 

On plonge ensuite dans les ambiances plus classiques du Pop-rock, du New Wave, toutefois matinées d'expérimentations solaires allant jusqu'à la musique andalouse où le soleil est toujours présent. 




Pour ce nouvel EP, Ghern a su s'entourer, afin d'aboutir à un produit fini de qualité. 
On retrouve ainsi au mixage, Fred Lefranc (Natas Loves You, L'Effondras, Baden Baden...), mais aussi Gautier Vexlard à la batterie (Talisco) avec Lola Frichet (Pogo Car Crash Control), et Antoine « Chab » Chabert au mastering. 






Tout cela s'est parfaitement accordé avec la richesse de ses textes et de ses compositions. 

Voilà donc qui, ajouté à cette voix rocailleuse qui respire l'été, nous offre une palette bien large de son talent. Frisson garanti dans les Rochers.



Pour en découvrir davantage, rendez-vous sur son site Internet et Facebook.

Aucun commentaire

Tu as le droit de mettre un commentaire !