Priscilla enflamme le Casino de Paris

Avec 388 313 entrées en France pour sa sortie en salles en janvier 1995, PRISCILLA FOLLE DU DESERT avait fait plus qu'attirer l'attention. À tel point que le bus déjanté revient à Paris 22 ans après, cette fois sous la forme d'un Musical, au Casino de Paris puis en tournée dans toute la France.



Trois héros, trois divas et une légende



Déjà à l'époque, le long métrage de Stephan Elliott avait tout pour devenir un phénomène de génération ;

  • Un hymne à la tolérance, mettant en lumière le phénomène Drag Queen méconnu à l'époque,
  • Une histoire qui prend la forme d'un road trip à travers les paysages sublimes du désert australien,
  • Une bande originale phénoménale reprenant tous les tubes Disco,
  • Des personnages tourmentés en quête d'amour et de reconnaissance, face aux regards et à l'intolérance,
  • Des acteurs de talent, à commencer par Terence Stamp en "Bernadette" inoubliable et pince-sans-rire.

Avec sa version "Comédie Musicale", Stephan Elliott s'est lancé dans un challenge enlevé : 

Faire de ce succès cinématographique, un succès de théâtre musical

L'auteur et réalisateur n'a pas lésiné, et s'est entouré d'Alan Scott (livret et production) et de Simon Phillips (direction artistique).

Pour cette adaptation française, c'est à Philippe Hersen que l'on doit la mise en scène et l'adaptation.

Tous les ingrédients qui avaient fait le succès du film sont au rendez-vous. D'abord le récit du film, que l'on retrouve fidèlement adapté.

Le parcours de Priscilla reste le même, seule la paternité de Dick est amenée sous un angle différent, ce qui renforce l'émotion dramatique autour de son histoire personnelle.


Un trio de choc

Tous les autres éléments sont présent bien sûr. On notera évidemment le trio à l'affiche, emmené par Laurent Bàn (Dick), excellent en père tourmenté, à la fois fragile et fort face à sa paternité. Un rôle que sa sensibilité enrichit par rapport au film.

David Alexis également est une "Bernadette" plus vraie et émouvante que jamais. Il égale, sinon dépasse la prestation de Terence Stamp. 

Quant à Jimmy Bourcereau (Bradley), c'est une performance virevoltante qu'il nous offre et qui ajoute à son personnage une soif de vivre qui émerveille.

Sans oublier Yvonnick Muller, en doublure de Dick / Bernadette.

Mais, au-delà des têtes d'affiche, c'est tout un ensemble qu'il faut féliciter.

L'osmose est là

Avec d'abord un ensemble tout feu tout flamme, un cast parfait (avec au passage Alice Lyn, mémorable Cynthia et Fabrice de la Villehervé, touchant dans le rôle de Bob), et des Divas fabuleuses (Ana Ka, Stacey King, Sofia Mountassir, Kania Allard et Amalya Delepierre) qui portent les chansons de leur classe.

N'oublions pas enfin les costumes magnifiques signés Frédéric Olivier, réalisés sur mesure pour cette version française.

Une version qui, après Oliver Twist, élève à nouveau très haut le niveau hexagonal en matière de Musical.


Aucun commentaire