Béjart Ballet Lausanne : le Presbytère n'a rien perdu de son charme

..."Ni le jardin de son éclat". 18 ans après sa création au Théâtre National de Chaillot, le 17 janvier 1997, le Presbytère, ce ballet fondamental de Maurice Béjart, revient au Palais des Congrès de Paris, encore plus touchant et émouvant que jamais.

Le Presbytère, le ballet emblématique de Maurice Béjart, en tournée en France




Le Presbytère est d'abord l'un des hommages les plus vibrants qui ait jamais été offert à Freddie Mercury, leader du groupe Queen, mais aussi à Jorge Donn, le danseur argentin mythique de la Compagnie Béjart, tous deux, décédés du Sida à 45 ans.

Au-delà de l'hommage, le message


Mais loin de sombrer dans la solennité des rubriques nécrologiques, le Presbytère est avant tout une véritable ode à la vie, et surtout une oeuvre majeure de Maurice Béjart.

Hors norme, novateur et ultramoderne ce ballet créé il y'a presque 20 ans n'a rien perdu de son envergure et de son militantisme. Il nous rappelle les heures terribles des années Sida que l'on se prend parfois à oublier. Et pourtant, le fléau est toujours là, plus que jamais, et est loin d'être vaincu.

La force du message de Béjart est toujours intacte et se résume parfaitement dans ces mots : "faites l’amour, pas la guerre. Nous avons fait l’amour, pourquoi l’amour nous fait-il la guerre ?"

Le Presbytère, une oeuvre maîtresse


Le Presbytère compte parmi les oeuvres les plus emblématiques de Maurice Béjart et nous rappelle à quel point son talent visionnaire a transfiguré le ballet.




Certes, la modernité n'empêche pas de s'appuyer sur les classiques avec des pièces musicales de Mozart qui se mêlent brillament aux morceaux de Queen. 

Mais cette modernité trouve son véhicule dans l'émotion, une émotion bouleversante qui nous ramène aux plus grands moments du Rock et de Queen, avec notamment l'atmosphère du concert de Wembley en 1986, mais aussi aux dernières chansons du groupe, extraites de l'album posthume MADE IN HEAVEN.

Un ballet tout en émotion


Dès l'ouverture, l'émotion et la nostalgie sont là, les danseurs allongés dans leur linceul blanc s'animent sur la chanson "This Is A Beautiful Day", et nous emportent au son de la voix sublime de Freddie Mercury, auquel ils donnent véritablement vie.

Les 37 danseurs qui partagent la scène, magnifiés par les costumes de Gianni Versace, nous délivrent le temps d'un show de 108 minutes une performance impressionnante achevant avec prouesse les chorégraphies de Béjart.



Osés, ultracréatifs, parfois provocants mais toujours techniquement parfaits, les tableaux s'enchaînent au fil de l'amour, des rencontres et de la maladie. Autant de liens qui se tissent autour de la vie et du plaisir, celui d'assister aussi à une oeuvre en mouvement, comme on assisterait à une résurrection. 

Le Presbytère consacre alors la résurrection du talent, de l'amour, que l'on retrouve au centre de ce spectacle et que l'on quitte au son du timbre de voix de Freddie Mercury "The Show Must Go On".



Le Presbytère est actuellement en tournée en France jusqu'à fin avril, ne passez pas à côté de ce moment magique et réservez vos dates.





Aucun commentaire