C'est la fête sauvage !

Cette semaine, plusieurs sorties intéressantes sont à signaler sur les écrans français, notamment le dernier long métrage de Clint Eastwood, JERSEY BOYS, qui démontre que c'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures soupes.



Mais pour vérifier encore plus cet adage, c'est sur une autre sortie ciné que LACN fait le point aujourd'hui, avec LA FETE SAUVAGE de Frédéric Rossif.

Beaucoup n'ont pas conscience qu'il s'agit d'un monument de l'histoire du cinéma. A tel point que Costa Gavras lui-même qualifie ce film comme "(...) tout simplement l'un des plus beaux films sur les animaux sauvages. Frédéric Rossif a tout inventé. Tout part de là."

Ca fait plaisir à entendre. Avec LA FETE SAUVAGE, nous avons donc droit à l'un des premiers documentaires modernes, réalisé comme un vrai film de cinéma, avec des techniques révolutionnaires pour l'époque et qui aujourd'hui, tient toujours son rang, au point de ressortir sur les écrans.


Connu pour son rôle dans l'émission Cinq Colonnes à la Une, mais aussi pour la série documentaire "LA VIE DES ANIMAUX" diffusée de 1952 à 1966, Frédéric Rossif a également réalisé de nombreux documentaires historiques particulièrement marquants. 


Mais LA FETE SAUVAGE est bien plus qu'un simple documentaire animalier. Et il va devenir un point saillant de la filmographie de Frédéric Rossif. Désireux en effet de filmer à nouveau des animaux dans leur milieu naturel, comme il l'avait fait auparavant dans la série du début des années 70, L'APOCALYPSE DES ANIMAUX", Frédéric Rossif a pour ambition cette fois d'utiliser les toutes dernières techniques d'imagerie, notamment le ralenti, et d'effectuer des prises de vues aériennes par hélicoptère, au risque parfois de déranger les animaux et les faire fuir. 

C'est cela qui va convaincre en 1972 Sergio Leone de se lancer dans la production de ce long métrage, mais aussi de faire s'impliquer Vangelis dans la bande originale du film, pour une nouvelle collaboration. Quatre années de tournage dans le monde entier, en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique du Sud, seront nécessaires pour arriver à un tel objectif.

Avec de telles armes, LA FETE SAUVAGE sort sur les écrans en février 1976 et trouve rapidement son public avec 909 108 entrées France. Il faut dire que les images et la réalisation sortent de l'ordinaire pour l'époque, introduisant un style qui n'a cessé d'être repris par les documentaires suivants, notamment ceux de la BBC. C'est dire de l'effet novateur qu'il aura suscité.


Avec LA FETE SAUVAGE, c'est aussi l'occasion de redécouvrir l'oeuvre de ce réalisateur  emblématique décédé en 1990, et qui a marqué son époque par son talent, notamment avec MOURIR A MADRID (prix Jean Vigo 1963) ou DE NUREMBERG A NUREMBERG.


LA FETE SAUVAGE
Documentaire  de Frédéric Rossif
sur les écrans le 18 juin 2014 (reprise)
Avec des animaux, raconté par Madeleine Chapsal sur la musique de Vangelis

Aucun commentaire