Les Misfits de la science !

Toute bonne série d'anticipation se doit de posséder des effets spéciaux révolutionnaires pour porter le message voulu par ses créateurs. Celle que l'on déterre du grenier aujourd'hui se démarque pour l'époque : MISFITS OF SCIENCE est à la croisée de nombreux chemins.

les misfits of science font leur retour depuis 1985 dans le grenier de LACN


La symbolique de l'effet spécial


Oui, je sais. Bon nombre d’entre vous raffolent d’effets spécieux spectaculaires, d’histoires épiques et extraordinaires, d’aventures insensées, et il y a même des fans de Pierre Bellemare. C'est la symbolique de l'effet spécial : plus il y en a plus on en redemande.

C'est dire si vous allez être servis puisque je vous propose des super-héros comme vous n’en avez jamais vus. 

Voici une série Télé à faire pâlir les personnages de « Heroes » et à côté desquels les 4 fantastiques paraissent bien fades.


On rase gratis

Pour faire plaisir aux fans, l'idée de base qui prévaut à la création de la série est d'en faire plus. Toujours plus d'effet. Toujours plus d'extraordinaire. Mais avec toujours moins de budget. Et si l'on dit qu'on rase gratis, c'est certes pour faire plaisir au public, mais c'est aussi par nécessite : on a pas d'argent. 

Donc c'est la prime à l'improvisation et à la débrouille, une débrouille qui va faire le succès de la série.

En effet. Avec cette série, je vous offre pêle-mêle un homme électrique, un homme rétrécissant et une femme télékinésiste légèrement thérapeute sur les bords. 

Quoi ? Ce sont les X-Men ? Bien sûr que non, on en est bien loin... Tellement loin qu’on pourrait dire qu’il s’agit de leurs grands parents.


Retour vers le vintage

Remontons pour cela au milieu des années 80, l’époque du Rubik's Cube et du mini Mastermind.

Cette époque est témoin de l'arrivée d'une série emblématique de cette période, dont l'espérance de vie a été parmi les plus courtes du paysage audiovisuel US, mais qui a eu le mérite de révéler une future star ; Courteney Cox. Je vous présente les "Misfits of science"...

les misfits de la science au grand complet sur LACN
"Misfits of science" est une série de science-fiction créée en 1985 par le scénariste et producteur James D.Parriott, et produite par Universal MCA. 

Elle est diffusée sur NBC d'octobre 1985 à février 1986, sous la forme d’un pilote de 90 minutes suivi de 15 épisodes de 46 minutes. 

La série apparaît ensuite en France en 1986 sur TV6 sous le titre "Les misfits de la science" puis à la disparition de TV6 (scandaleusement remplacée par M6…) elle est rebaptisée "Superminds" et diffusée sur la Cinq noyée parmi des dizaines de séries toutes aussi qualitatives les unes que les autres... (Quoi ? Vous n’avez pas passé des après-midis entiers scotché devant la 5, vous ?)

Retour en histoire

Pour ceux qui sont passés à côté, voici un petit retour sur l’histoire. "Misfits of science" c’est avant tout les aventures d'un groupe de jeunes ados plutôt beaux gosses et fashion victim dans le plus pur style des années 80 (C’est dire s’ils suscitent aujourd’hui la nostalgie… histoire de ne pas dire qu’on les trouve ringards…).

Ils sont 4, ils sont jeunes, ils sont sexy et ils ont des super pouvoirs. Coupe de cheveux gominée, jean T-shirt et veste en cuir pour le plus beau de la bande. Ils vont s'allier pour lutter au service de la justice. 

Ne rigolez pas, mais c’est bien comme ça que James D.Parriott présente son pitch à Universal. 

Comme quoi à l’époque on pouvait faire avaler des couleuvres à n’importe qui. Jusque-là rien d'étonnant me direz-vous, et du coup on comprend pourquoi la série a duré si peu de temps.


Les origines

Mais revenons au fondement même de l’histoire. Au départ, il y a Billy Hayes, joué par Dean Paul Martin. C’est un chercheur assez renommé mais qui défraye la chronique dans la communauté scientifique car il a un gros penchant pour la mode, les femmes et l'alcool. Forcément, il n’est pas très bien perçu dans son entourage professionnel. 

En plus, il ne porte ni blouse blanche, ni lunettes rondes et ne se balade pas constamment avec des tubes à essai fumant en main. Du coup, il vit mal ces railleries et se met à boire et à sortir de plus belle. 

Jusqu’au jour où il décide de prouver qu’il est le meilleur et s’inscrit à la nouvelle star des scientifiques. Son objectif (en dehors de l'alcool, des femmes et de la mode), c'est de remporter les 5 millions de Dollars de récompense que l'institut Humanadyne décerne lors du concours du meilleur scientifique of the world. 

Mais, comme il est légèrement tricheur sur les bords, pour arriver à ses fins, il réunit autour de lui une équipe hors du commun : les Superminds.


La bande des quatre ou les 4 zamis

Tout d'abord il y a Elvin Lincoln (interprété par Peter Hall). C'est un chercheur mais surtout c’est le meilleur ami de Billy Hayes. Il vient de mettre au point un sérum qui provoque le rapetissement. 

Il faut dire qu’Elvin a une bonne raison pour cela. C'est un personnage doté d'une taille impressionnante de 2m19. Et quand on veut lever des filles dans un bar, ce n’est pas très pratique car les plafonds sont bas. D’où le drame. 

Son rêve est donc de mesurer 1m60, comme son héros Bruce Lee. Il se dit que la science peut l’aider et se lance dans des recherches. Hélas, à l’instar du Dr Jekill, il rate tout et, à cause d'un mauvais dosage, il se retrouve avec une taille de quelques centimètres de haut. 

Ne cherchez-pas plus loin, mais c’est en quelques sortes l'ancêtre de "Chérie j'ai rétréci les gosses".

les misfits de la science en version française, sur LACN

Le second membre de l'équipe est le rocker Johnny Bukowski, allias Johnny B, joué par Marc Thomas Miller. C'est un peu le Claude François de l'équipe, mais vivant. 

Il est doté d'un pouvoir particulier suite à une électrocution au cours d'un concert bien arrosé. Depuis, il peut maîtriser l'énergie électrique, péter les plombs à loisir et avoir des coups de foudre quand bon lui semble. Pratique. Ou pas.

Dernière membre et atout de charme de la série parce qu’il en fallait bien une, Gloria Dinnalo, interprétée par Courteney Cox jeune. 

C’est la benjamine du groupe avec ses 17 printemps. 

En une jeune fille de cet âge, elle est donc complexée malgré sa beauté et elle s'imagine être un phénomène de foire à cause de ses pouvoirs de Télékinésie. 

Du coup, adolescente rebelle, elle est d'abord suivie par une assistante sociale avant de rapidement s'échapper et trouver sa vraie place dans le groupe du super professeur Thibault mais sans les roulettes.

La raison d'être de cette série

On ignore encore aujourd’hui par quel hasard, ils vont mettre aussitôt de côté ses recherches scientifiques pour se consacrer à la lutte contre le crime. 

Sans doute qu’il est plus facile pour un scénariste de laisser place à l'action plutôt qu'aux équations. En tout cas c’est plus visuel.


Outre le casting percurtant, plusieurs ingrédients font des Misfits une série atypique et culte des années 80. 

Au même titre que "Miami Vice", les Misfits sont emmenés par les standards du rock FM des années 80 et chaque épisode est bombardé par les hits FM du moment, augmentant le rythme de la série.

De même, les Misfits constituent un concentré de la mode teenager des années 80 : visionner aujourd'hui un épisode de la série propulse automatiquement dans la nostalgie et appelle au revival. Sans parler des blagues d'ado et de l'humour potache aujourd'hui devenu totalement désuet.

La force de la série réside aussi dans un foisonnement d'effets spéciaux coûteux pour l'époque qui mettent les héros au niveau de ce que l'on retrouve dans les Marvel comics. 

De même, à l'instar de ce que l'on retrouve aujourd'hui dans X-Men ou Heroes, certaines questions sont abordées de façon récurrente dans la série, comme la reconnaissance, l'acceptation de la différence et la tolérance, qui en appelle à une société plus humaine. 

De grands débats de société en l’occurrence. Voilà où même pratiquement chaque épisode.

les misfits de la science sont sur LACN


Vie et mort des Misfits

La série apparaît en 1985 et fait mouche immédiatement auprès du jeune public, avec son cocktail de rock et d'effets spéciaux. 

En revanche, l'accueil de la presse spécialisée est très mauvais. Mais le malheur de la série vient essentiellement du fait que sont lancement est programmé en concurrence directe face à Dallas. 

Au royaume de la ménagère de moins de 50 ans, l'audience est forcément médiocre et la série est rapidement déplacée à un horaire moins concurrencé mais aussi moins fédérateur. 

Malgré des résultats redevenus corrects, le succès n'est toujours pas au rendez vous et les voyants passent au rouge. C'est que les effets spéciaux grèvent les coûts de production.

Les responsables de NBC et de MCA font le constat d'un investissement à perte et décident d'annuler purement et simplement la série au milieu de la première saison. Pour se consoler on dira que l'accueil de la série à l'étranger est beaucoup plus chaleureux.


Fin tragique programmée

Mais l'histoire de la série ne s'achève pas là et son arrêt prématuré est à l'image de la fin tragique de deux de ses personnages principaux.

Kevin Peter Hall, qui incarne à l'écran l'immense Elvin Lincoln succombera du Sida en 1991 dans l'anonymat le plus profond. 

Auparavant on aura eu l'occasion de ne le voir que dans des rôles de monstres, notamment dans les deux épisodes de "Predator" aux côté d'Arnold Schwarzenegger.

Difficile effectivement de tailler un rôle sur mesure pour cet acteur de 2m19 qui préféra abandonner une carrière de basketteur pleine de promesses pour se consacrer à sa passion de comédien.

Dean Paul Martin, le fil de l'acteur crooner Dean Martin, quant à lui, à disparu tragiquement le 21 mars 1987 à l'âge de 35 ans au cours du crash de l'avion qu'il pilotait. 

Il était passionné d'aviation au point d'obtenir sa licence de pilote d'hélicoptère à 16 ans. 

Engagé comme pilote dans la garde nationale, il grimpera jusqu'au grade de capitaine et aurait même pu prétendre au rôle du nain à moto dans Top Gun. 

Ayant abandonné sa carrière dans l'aviation, il se lance en effet dans le métier d'acteur avec brio et obtient en 1983 le Golden Globe du meilleur espoir masculin pour son rôle de tennisman dans "Players" aux côtés d'Ali Mc Graw.

Marc Thomas Miller, lui, a disparu des écrans dès la fin de la série bien qu'il ai suivi les cours de l'Actors Studio sous la houlette de Lee Strasberg et participé à quelques téléfilms. Aujourd’hui il est toujours bien vivant mais réside dans un placard a Los Angeles.


Une seule rampe de lancement

La seule finalement à s'en être sorti c'est Courteney Cox. 


Courteney Cox, la seul des Misfits of science à s'en etre bien sortie, sur LACN

Mannequin à New York pendant quelques temps, sa trop petite taille (1m67) l'empêche de faire carrière et elle se lance alors dans le métier d'actrice après avoir été repérée dans quelques publicités et surtout dans le clip de Bruce Springsteen (dancing in the dark) où on peut la voir rejoindre Bruce sur scène. 

Elle débarque ensuite à LA et, le temps de passer quelques auditions, la voilà engagée dans les Misfits. Dès la fin de la série, on la retrouve dans "les maîtres de l'univers" aux côtés de Dolph Lungdren puis dans le feuilleton "sacrée génération" (Family Ties) aux côtés de Michael J. Fox. 

C'est le début d'une ascension irrésistible qui va lui faire rencontrer plein de happy Friends.

Voilà, vous savez presque tout sur les héros de '‘Misfits of science’’. Vous allez à nouveau pouvoir flamber au Trivial Pursuit… Merci LACN !

Aucun commentaire