LACN n°20 mai-juin 2007 : Hors champ sur la case de l'oncle Sam

Comme tous les deux mois, nous retrouvons mon oncle d’Amérique et ses nouvelles toutes fraîches sur ce qui se trame dans la cité des anges.


Au boulot


Eh oui, et cela ne chôme pas ici. On commence tout d’abord avec notre traditionnel fil rouge ; que deviennent Brad et Angelina ? 

Le couple glamour n’a pas décidé cette fois-ci d’enclencher une nouvelle demande d’adoption, non, ils ont décidé de passer à une nouvelle phase dans leur couple puisqu’ils envisagent sérieusement de se marier.

Et comme ils ne font pas comme tout le monde, il est question d’effectuer la cérémonie en République Dominicaine, un havre de paix selon Brad. 

Interrogés séparément par votre serviteur, chacun y a été de sa petite déclaration ; Brad est « plus qu’heureux d’envisager le mariage » deux ans après s’être séparé de Jennifer Aniston, tandis qu’Angelina, plus énigmatique, avoue que « c’est le bon moment pour envisager leur relation à un niveau supérieur ». 

Nous, cela nous rappelle vaguement les débuts du couple Gere-Crawford. Bref, on vous tient au courant dès que l’on reçoit le faire-part.


Hot vidéo pour Halle Berry

Après les traditionnelles remises de récompenses, Oscars, Golden Globe et compagnie, voici venir la période des remises d’étoiles.

Eh oui, il commence à faire chaud et beau, le ciment a une propension à sécher plus rapidement, il est donc plus aisé pour nos stars de mettre les main dans le cambouis et de recevoir des pluies d’étoiles.

Première du lot à débuter ce marathon, c’est Halle Berry, en pleine promotion de sa dernière grande œuvre cinématographique (dangereuse séduction) qui s’y est collé le 3 avril dernier. 

C’est la 2333ème lauréate du célèbre Walk of Fame à recevoir son étoile, le tout, devant une pléiade de stars parmi lesquelles Samuel L. Jackson. 

Tout le monde s’était en effet réuni pour voir notre starlette se trémousser devant le 6801 Hollywood Bld, pour une des cérémonies les plus hot à laquelle on a assisté depuis Sharon Stone, la belle jouant des poses les plus suggestives, dans le genre « venez me décrocher l’étoile ». 

Pas farouche elle nous a gratifié ensuite d’une interview improvisée, jouant l’ingénue entre deux sanglots. 

Pas crédible ? 

Heureusement elle fut rapidement consolée par son compagnon Gabriel Aubry, le mannequin homme. Quelle actrice cette Halle Berry…


Forest en plus sobre

Bien plus digne et calme, nous étions à quelques mètres de là, le 16 avril dernier, pour assister à la même cérémonie certes moins torride, qui a valu à Forest Whitaker de recevoir lui aussi son étoile pour services rendus au cinéma. 

Fraîchement consacré aux Oscars, l’acteur du dernier roi d’Ecosse surfe quand même sur la vague du succès qui l’emporte vers les sommets du 7ème art. 

Cette étoile arrive donc à point nommé pour lui. C’est ce qu’il nous a confié à l’issue de la cérémonie.

Un t'y ponch

Allez, encore une autre cérémonie, on aime ça chez LACN. Nous y étions toujours, sur le Walk of fame, le 19 avril dernier pour assister aux premières loges à la consécration d’un acteur que nous avions oublié trop prématurément. Qui ? Erik Estrada, l’illustre Ponch de la série Chips (dont nous avions consacré un grenier spécial dans le numéro 17).

Après une longue traversée du désert à moto, l’acteur a enfin été reconnu et récompensé par ses pairs. Surtout par ses fans, qui lui sont restés fidèles après toutes ces années de silence. 

La cérémonie se déroulait au 7021 Hollywood Bld, et une foule compacte de nostalgiques s’y était massée pour lui rendre un vibrant hommage.
Nous avons recueilli quelques réactions de l’ancienne idole des jeunes :

« je suis vraiment très touché par les témoignages de sympathie que je viens de recevoir, il y a même des membres de la Highway Patrol qui m’ont rendu hommage. Ça me fait quelque chose. ».

Avant de partir il nous a gratifié de son éternel sourire Pepsodent.


Gros lézard

Quittons maintenant Hollywood Bld et ses réceptions fastueuses pour le monde plus feutré des coulisses des producteurs. 

En l’occurrence celles du grand parrain de la production, le respecté et craint Harvey Weinstein. 

La sortie de Grindhouse a été vécue pour lui comme un véritable calvaire. 

Le film réalisé par Quentin Tarantino et Roberto Rodriguez, fort d’un concept novateur du 2 en 1, n’a pas atteint son objectif.

Il a enregistré à peine 12 millions de Dollars de recettes pour son premier week end d’exploitation, autant dire un flop par rapport aux 100 millions de budget de production. De quoi faire sortir Harvey de ses gonds.

Du coup, ce sont plutôt deux films distincts qui devront sortir à l’export, chacun avec une durée plus facilement exploitable et loin des 191 minutes du double film.

Nous aurons droit par conséquent à Grindhouse « boulevard de la mort » de Quentin Tarantino, présenté en compétition à Cannes histoire de relancer la promo, et prévu pour juin 2007 en France. 

Puis nous aurons ensuite droit à Grindhouse « planet terror » de Roberto Rodriguez, vraisemblablement à la rentrée. De quoi faire revenir le sourire chez le gros Harvey-les-main-baladeuses.


Champagne

Contrairement à l’effet Grindhouse, on voit en revanche certains producteurs se frotter les mains devant le succès affiché par leurs petits protégés.

C’est le cas des producteurs de la chaîne Showtime, tout émoustillés par les records d’audience remportés à l’occasion des débuts de la série "The Tudors".

Après un mois d’antenne, Showtime a annoncé le prolongement de la série pour la saison 2008. 

Les premières audiences ont en effet été nettement supérieures à celles des précédents cartons de la chaîne, comme "Weeds" ou encore "Dexter". 

Du coup, les producteurs ont déjà mis en chantier la saison 2 dont le tournage doit débuter la première semaine de mai à Dublin. 

"The Tudors" retrace les frasques de la cour du roi Henry VIII au XVIème siècle. Une façon de découvrir les manœuvres et turpitudes de la cour du roi d’Angleterre. 

Un phénomène très en vogue actuellement après la série "Elisabeth", ainsi que "The Queen" de Stephen Frears. 

En tête d’affiche des Tudors, on retrouve Jonathan Rhys-Meyers, vu dans "Match point" de Woody Allen.


Voilà, notre petit tour à Hollywood touche à sa fin, rendez-vous dans deux mois pour d’autres nouvelles infos Hollywoodiennes.

Aucun commentaire