LACN n°19 mars-avril 2007 : Clap sur les Oscars et les Césars

Oscars et Césars sont sur un bateau. Qui tombe à l'eau ?


Voilà ! C’est fini ! 


Enfin, on peut remballer les tapis rouges et remiser au placard les robes de grand couturier. Et s’il vous plaît, mesdames, rendez les bijoux !

On peut dire au revoir aux fastueuses cérémonies, tout le monde s’est quitté bons amis et tout le monde s’aime, c’est bien le plus important.

Non sans une certaine émotion, LACN revient brièvement sur nos amis Oscar et César, histoire de tourner la page avant de partir à Cannes.

Flashback Oscars

La 79éme était la bonne pour Scorcèse, il était temps. Le réalisateur des ‘’Infiltrés’’ a rompu la malédiction qui voulait qu’après 6 tentatives infructueuses, il ne soit jamais couronné. 

Au contraire, cette année, il a pu enfin repartir avec sa statuette. 

Et pourtant, il n’avait pas préparé de discours, c’est donc très ému qu’il a fait venir ses potes sur scène pour célébrer la victoire et le soutenir. 

A la clé, une bien belle photo souvenir rassemblant Coppola, Lucas, Spielberg et Nicholson autour de lui.

Carton plein

Il est reparti avec 3 statuettes au terme de la cérémonie ; meilleur film, meilleur scénario adapté et meilleur réalisateur. 

C’était l’année qui devait le célébrer car il n’était pas question qu’il reparte les mains vides. C’est pourquoi il fait donc coup double dans les deux catégories star ; le meilleur film et le meilleur réalisateur.

Les fans de ‘’Babel’’ d’Alejandro Gonzales Inarritu apprécieront. 

Le principal rival ne repart qu’avec l’oscar de la meilleure musique, devançant la musique de ‘’The Queen’’ du français Arnaud Desplat, pourtant grand favori.

Queen mother

‘’The Queen’’ repart également avec une autre récompense. En effet, côté actrice, c’est la grande favorite Helen Mirren qui rajoute un oscar à son impressionnante collection, après un Bafta et un Golden Globe pour son interprétation de la reine mère.

Un autre grand favori, Forest Whitaker, fraîchement Goldenglobisé, repart avec sa petite statuette pour son rôle dans ‘’Le dernier roi d’Ecosse’’.

Les seconds rôles surprennent en revanche. C’est Jennifer Hudson qui s’octroie la part du lion (ou de la lionne), tant elle a fait vibrer sa glotte pendant le tournage. 

Juste récompense donc. Ses vocalises remisent au placard Kate Blanchett et sa ‘’Chronique d’un scandale’’, de la même manière qu’elles y avaient déjà remisé Beyoncé Knowles auparavant.

Surprise

Chez les hommes, surprise, avec Alan Arkin qui décroche le gros lot devant Eddie Murphy grand favori. 

Son second rôle dans ‘’Little miss sunshine’’ est en effet une révélation. 

Ce film confirme également son statut de rayon de soleil cinématographique de l’année. Comme bon augure aux Oscars, il recevait la veille le César du meilleur film étranger. 

La dernière surprise revenait enfin au long métrage allemand ‘’la vie des autres’’, récompensé de l’Oscar du meilleur film étranger. 

Le favori, ‘’le labyrinthe de Pan’’ repart tout de même avec trois Oscars (meilleurs décors, meilleure photo et meilleurs maquillages). En revanche, le film algérien ‘’Indigènes’’ repart bredouille. 

Doc

A noter aussi que le meilleur documentaire est décerné à All Gore qui remporte l’Oscar pour ‘’Une vérité qui dérange’’. Il manque toutefois le décompte des votes manuels de l’Etat de Floride pour valider cette récompense. 

L’écologie est également récompensée cette année avec l’Oscar du meilleur film d’animation décerné à ‘’Happy Feet’’.


Flashback Césars

En ce qui concerne les Césars, dont la cérémonie se déroulait la veille, on retiendra les deux grands vainqueurs, représentants de deux univers opposés. 

D’abord ‘’Lady Chatterley’’ qui fait main basse sur 5 trophées (meilleur film, meilleure actrice avec Marina Hands, meilleurs costumes, meilleure photo et meilleure adaptation). 

Tandis que ‘’ne le dis à personne’’, dans un autre registre, repart avec 4 récompenses ; meilleurs acteur pour François Cluset, meilleur réalisateur pour Guillaume Canet dont c’est la consécration à 33 ans, meilleur montage et meilleure musique pour Mathieu Chédid.

Ces deux films ont totalement éclipsé les autres concurrents qui, pour les mieux lotis, ne ramassent que des miettes. 

‘’Indigène’’ en fait partie, recevant un César pour le meilleur scénario. De même pour ‘’Quand j’étais chanteur’’ de Xavier Giannoli, ‘’prêtes-moi ta main’’, ‘’OSS 117 le Caire nid d’espions’’ ou ‘’cœurs’’.

Pour ‘’Je vais bien, ne t’en fais pas’’, la récompense souligne les prestations de Mélanie Laurent (meilleur espoir féminin) et de Kad Merad (meilleur second rôle masculin).

Enfin, la maîtresse de cérémonie ne repart pas bredouille avec le César du meilleur second rôle féminin pour ‘’Fauteuil d’orchestre’’, tandis qu’Isabelle Mergault confirme avec le César de la meilleure première œuvre pour ‘’Je vous trouve très beau’’.


Flashback Razzies

Allez, pour finir en beauté, nous ne pouvons nous empêcher d’évoquer la pire des actrices de l’année, couronnée aux Razzie Awards pour le pire film de l’année. 

Sharon Stone et sa pathétique interprétation dans ‘’Basic Instinct 2’’ qui complète sa collecte de prix avec celui de pire scénario et de pire suite de l’année. 

A noter aussi la belle prestation de M. Night Shyamalan qui repart avec deux pris, le pire réalisateur et le pire acteur dans un second rôle avec son interprétation dans ‘’la jeune fille de l’eau’’. 

Tandis que chez nous, c’est le grandissime favori ‘’Camping’’ qui remporte la palme du pire film de l’année.

Aucun commentaire