LACN n°15 janvier-février 2006 : Panoramic sur le box office français

Voilà, c’est fini ! L’année cinéma s’est terminé en beauté avec quelques Blockbusters très remarqués. Mais au moment où nous entamons 2006, il serait bon d’en profiter pour faire le bilan de cette année 2005 dans les salles obscures.


Pas de record cette année


Clairement, le record d’entrées enregistré en 2004 n’a pas été atteint.

La fréquentation a en effet connu une chute de 10% des entrées cette année, totalisant 176 millions de billets vendus.

Pourtant, ils se sont mis à plusieurs pour tenter d’améliorer le score de 2004. Mais même Harry Potter, Darth Vador, Brice de Nice et King Kong n’ont rien pu faire et n’ont pas permis d’égaler les 196 millions d’entrées de l’an dernier.

Histoire de positiver, on notera que cette année nous ne sommes pas tombé aussi bas qu’en 2003 (173 millions d’entrées) et que la baisse constatée en France est à rapprocher avec une chute de la fréquentation ailleurs en Europe (-17% en Allemagne, -10% en Espagne et -4% en Italie), tout comme aux Etats-Unis (-5%).

Moins de recettes

La tendance à la baisse du nombre de films millionnaires que l’on pouvait pressentir depuis quelques mois a été vérifiée.

Cette année nous avons pu voir 46 films dépassant le million d’entrées, contre 51 en 2004 et 47 en 2003. En revanche, dans la catégorie des films dépassant les 5 millions d’entrées, les résultats sont désastreux.

Seulement 2 films ont dépassé cette année les 5 millions d’entrées (Harry Potter et Darth Vador) contre 5 en 2004 et 4 en 2003.


Les français pas si en berne

Phénomène encore plus troublant et caractéristique de cette année atypique, les films millionnaires français sont en recul, contrairement à une tradition qui place dans le top 10 un bon nombre d’entre eux.

Seul « Brice de Nice » parvient à entrer cette année dans le Top 10 avec 4 377 192 entrées. Pour l’anecdote, on se souvient avoir vu l’an dernier 5 films dans le top 10 dépassant le million.

Mais difficile de lutter à armes égales quand on sort des films comme « le parfum de la dame en noir » ou « Gabrielle »…

Cette année les millionnaires français n’étaient donc qu’au nombre de 16, pareil qu’en 2004, la différence s’étant portée sur les films à plus de 2 millions d’entrées ; 7 en 2004 contre 4 cette année.

Le côté positif pour le cinéma français tient essentiellement au fait que les films à plus de 500 000 entrées sont au nombre de 38, soit 4 de plus que l’an dernier.

Paradoxalement, le total des entrées des films français cette année s’élève à 64,8 millions d’entrées, soit une baisse de 14,1%, mais permet au cinéma français de s’offrir la troisième meilleure performance de ces 20 dernières années en terme d’entrées (après 77,3 millions en 2001 et 75,4 millions en 2004).


Les américains dominent

Un box Office toutefois entièrement dominé par le cinéma américain. C’est « Harry Potter et la coupe de feu » qui remporte la mise cette année (7 284 160 entrées) devant « Star Wars EP.3 la revanche des Sith » (7 245 021 entrées).

« Brice de Nice » apparaît en troisième position et devance de peu « Charlie et la chocolaterie » (4 143 308 entrées), « la guerre des mondes » (3 905 089 entrées), « Le monde de Narnia » (3 227 293 entrées), « Madagascar » (seul film d’animation dans le top 10 avec 3 178 127 entrées) et « King Kong » (2 943 835 entrées).

Warner rafle la mise

Au classement des distributeurs, comme en 2004, c’est Warner Bros. qui rafle la mise avec 20 198 528 entrées cumulées, grâce entre autre au petit Potter et à une chocolaterie surprenante.

Avec tout cela, c’est en décembre que la fréquentation a obtenu son meilleur résultat de l’année puisqu’elle a atteint 23,5 millions d’entrées, réalisant une progression de 17.1% par rapport au même mois de l’année précédente. 

Décembre est au demeurant le seul mois en progression cette année, tous les autres ayant régulièrement enregistré une baisse versus 2004.

Baisse de PDM

En revanche, la baisse de la fréquentation ne détériore pas de façon phénoménale la part de marché du cinéma français par rapport au cinéma américain. Cette année, la part de marché des films français est passé à 36.9%, alors que celle des films américains a atteint 45,9%, versus 47,7% en 2004 et 52,2% en 2003. 

C’est du côté des films non français et non américains qu’il faut voir un élément intéressant ; Ils réalisent 17,2% du total des entrées cette année et ne cessent de progresser. Ils représentaient 13,7% des entrées en 2004 et 13% en 2003. 

Une progression sans doute expliquée par le fait que les deux blockbusters que sont « Harry Potter et la coupe de feu » et « Charlie et la chocolaterie » sont de nationalité britannique.


Rendez vous au prochain numéro pour de nouveaux résultats du box office hexagonal.

Aucun commentaire