LACN n°14 novembre-décembre 2005 : Clap du petit au grand écran

Le fameux adage « c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleurs soupes » (avec des carottes nouvelles) ne s’est jamais aussi bien vérifié.


La poule aux oeufs d'or


Quand on connaît le naturel penchant des scénaristes à la facilité, leur manque d’idée flagrant et surtout quand on observe la frilosité des producteurs, on se dit que piocher dans le patrimoine télévisuel peut à coup sûr réveiller la poule aux œufs d’or.

Du coup, adapter au grand écran une série TV relève maintenant du sport national.

En effet, la perspective d’un succès facilement atteint est parfois tellement alléchante qu’il est normal que l’industrie du cinéma (Hollywood en tête) se soit précipitée sur le filon.

Et de toute évidence, il est loin d’être tari, la preuve en est des nombreux projets sur le point d’être portés à l’écran.

Un bide pas sorcier

Le dernier en date, « ma sorcière bien aimée », est, comment dire, mauvais ? Avec en prime une piteuse tentative de Nicole Kidman s’essayant à la comédie et un bide pour l’immense Will Ferrell qui mérite tellement mieux. 

Il n’empêche, on arrive quand même à 821 251 entrées.

Passage à risque

Passer de la série TV au format cinéma ne garanti pas un succès certains au box office. Au pire, un télescopage entre un public boudeur et un film bâclé. 

Et pourtant, les projets affluent tellement que l’on peut quand même se dire que l’engouement du public au moins en 1ère semaine et les Dollars peuvent être facilement au rendez-vous.

La preuve en est de certains Block buster ; 
« Mission Impossible » en 1996 et ses 4 120 207 entrées, 
« M : I-2 » en 2000 (4 097 256), 
« Wild wild west » en 1999 (3 101 250), 
« Charlie’s angels » en 2000 (1 855 528), 
« STARSKY & HUTCH » en 2004 (1 517 047). 

On a volontairement omis de parler de « Sheriff fais moi peur » cette année (178 545)

Zéro créativité

Tout ceci ne pousse pas bien sûr à la nouveauté et à la créativité. Et même les petits français, une fois n’est pas coutume, s’y sont mis aussi…

Mais avec leur spécificité à savoir moins de moyens. 

On se souvient su navrant navet « Belphegor » en 2001 (2 032 144) et de l’insipide « Arsène Lupin » en 2004 (1 184 240). 

On attends de voir à l’œuvre « les chevaliers du ciel », le « Aigle de fer » à la française (20 ans après…) avec des dialogues toujours aussi efficaces ; « Roger, à vous (…) », « Roger, je vous reçois 5 sur 5, Roger », « Roger, bien compris, Roger », … et des maquettes en plastique dignes de « Godzilla Final War »… pathétique…


Pas fameux

Avec « les brigades du tigre », le pillage du patrimoine télévisuel français continue, sous nos yeux atterrés.

Toutes moustaches dehors, nos héros poilus ressortent du musée les vieilles guimbardes brinquebalantes. 

Des poursuites à 20 Km/h sur la place du village, des cascades à la française avec des étalages de fruits et légumes renversés, tous ces ingrédients vont-ils faire se précipiter massivement le public dans les salles ? 

C’est la principale énigme du film.

Au programme, des bastons façon boxe française en costume trois pièces emmenées par le trio comique Cornillac, Baer, Gourmet tout droit sorti du parfum de la dame en noir, recyclage de costume oblige. 

Et une enquête aussi trépidante qu’un épisode de Derrick ; les trois justiciers poursuivent l’infatigable cerveau de la bande à Bonnot.

Un peu d’histoire pour les plus jeunes qui ne connaissent pas, et avant d’avoir toutes les infos dans un prochain grenier de LACN, sachez donc que la série a fait son apparition sur Antenne 2 en 1974 jusqu’en 1983, transposant le spectateur en 1907 aux cotés de trois justiciers moustachus ; Valentin (Jean Claude Bouillon), Terrasson (Pierre MAguelon) et Pujol (Jean Paul Tribout). Si, si, promis, tout est dans le grenier…


Un peu plus lourd

Mais poursuivons cette fois, avec du lourd et du sérieux. Là aussi, on a tout dans le grenier. 

Préparez-vous psychologiquement, planifiez vos soirées d’août 2006 (à partir du 16 août) car voici venir les 2 flics à Miami, LA série Culte des années 80, apparue en 1984 pendant 5 merveilleuses années (snif…seulement…).

Eh bien, elle fera son apparition sur le grand écran l’an prochain, avec Colin Farrell aux commandes de la Testarrossa blanche. 

Quant au black de service, c’est tout simplement Jamie Foxx qui s’y collera. La mode de l’été prochain sera donc au port de la veste colorée, toutes manches retroussées.

On se souvient du formidable duo de choc Don Johnson et Philip Mickael Thomas, du générique puissant et de la performance magistrale….d’Arielle Dombasle… mais nous aurons l’occasion d’en reparler…


A la votre

Du lourd et du chic, encore, avec le passage au grand écran d’une autre série culte, vue, revue, revue et re-revue encore et toujours. 

On veut parler, non pas de la petite maison dans la prairie, mais bien d’amicalement votre. 

Alors que l’on recherche toujours un réalisateur, on sait déjà que Ben Stiller devrait prendre le rôle de Danny Wilde tandis que son partenaire so british, le sémillant Lord Brett Sinclair, devrait être Steve Coogan (vu dans « le tour du monde en 80 jours » mais surtout dans l’excellent « 24 Hour Party People »).

Sortie prévue en 2007 pour ce remake de cette série culte emmenée par Tony Curtis et Roger Moore.

Créée en 1971, elle n’a compté que 24 épisodes diffusés pendant la 1ère et unique saison et encore en boucle sur toutes les chaînes françaises.


Tellement merveilleuse

Encore une série qui a fait beaucoup parler d’elle, il s’agit de Wonder Woman. 

Diffusée aux USA de 1976 à 1979, elle a révélé à l’écran Linda Carter et son fameux lancer de lasso, ainsi que sa merveilleuse chorégraphie de transformation que Mia Frye lui envie.

Qui incarnera l’héroïne sexy et sa combinaison America Strikes back ? On en sait rien, plusieurs nom circulent actuellement, Teri Hatcher, Sandra Bullock, Jennifer Aniston ou Courteney Cox… mais l’on s’oriente vers le choix d’une parfaite inconnue.

Côté réalisation, c’est Joss Whedon qui s’attellera à la tâche, son expérience de réalisateur sur « Buffy contre les vampires » ou « firefly » ne devrait pas être de trop.


Impitoyable

On termine avec la mère de toutes les séries, celle qui a bercé les années 80, diffusée sur CBS de 1978 à 1991… je vous laisse deviner… 

« Dallas » bien sûr, l’adaptation ciné la plus attendue. 

On se souvient évidemment du fabuleux Larry Hagman incarnant l’infâme JR Ewing, de Patrick Duffy (Bobby) ou encore de Linda Gray (Sue Ellen) ou Victoria Principal (Pamela).

Qui pour reprendre ces rôles emblématiques ? 

La tâche risque de s’avérer particulièrement délicate. 

On pense bien sûr à John Travolta pour reprendre celui de JR, et l’on évoque les noms de Brad Pitt (Bobby ?), et de Catherine Zeta Jones (Pamela ?), mais rien n’est acquis. 

Côté réalisation, on sait qu’il s’agit de Robert Luketic, déjà à l’origine de « la revanche d’une blonde » et de l’insignifiant « win a date with Tad Hamilton » ou encore « monster in law ». 

Aucune date de sortie n’est pour l’instant fixée mais nul doute que le succès devrait être au rendez vous. 

Ce sera l’occasion d’aller faire un tour dans le grenier de LACN.

Aucun commentaire