LACN n°11 septembre-octobre 2003 : Hors champ sur la case de l'oncle Sam

Un petit tour à Los Angeles ou nous retrouvons mon oncle d’Amérique et ses anecdotes brûlantes sur la Mecque du cinéma.


Tout est dans la taille


On commence avec une info de taille, ce qui n’est pas peu dire puisqu’il s’agit de Mariah Carey.

La dinde dépressive qui s’était essayé au cinéma dans l’affligeant ‘’Glitter’’, un des plus mauvais films de 2002, est pressentie pour être, tenez vous bien, l’interprète de la chanson thème du prochain James Bond, le 21ème du nom, prévu en 2005. 

Et puisqu’une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, elle est également en pourparler pour faire une apparition dans le film, à l’instar de Madonna dans ‘’Die another day’’…

La cruche blonde

Poursuivons dans la même lignée avec la présence sur le plateau de tournage de ‘’Scary movie 3’’ de la blonde siliconée Pamela Anderson qui semble vouloir se faire une nouvelle virginité au cinéma… 

Heureusement, il ne s’agira que d’une apparition furtive, tout au début du film, inspirée de la scène d’ouverture de ‘’the ring’’, dans laquelle deux étudiantes s’échangent des confidences sur une mystérieuse légende autour d’une K7 vidéo qui tue… 

En tout cas, on est loin du film qui tue. Sortie française prévue le 24 décembre.


Halle Berry gothique

Une autre actrice a fait parler d’elle récemment. Il s’agit de Halle Berry.

La future ‘’catwoman’’ achève à Montréal le tournage du thriller fantastique ‘’Gothika’’ mis en scène par Matthieu Kassovitz avec Penelope Cruz.

Fin mai elle a été victime d’un accident en tournant une des scènes les plus physiques du film et elle s’est cassé un bras, l’obligeant à quitter le plateau de tournage pendant quelques semaines.

Ce n’est pas la première fois que Halle Berry paye de sa personne sur un plateau, elle avait déjà été victime d’une blessure à l’œil pendant les prises de vues de ‘’die another day’’ l’an dernier. On appelle cela des prises de vues …


The King du cachet

On en parlait dans les numéros précédents, Peter Jackson, le réalisateur de la trilogie du seigneur des anneaux, s’est attaché au projet de la nouvelle version de ‘’King Kong’’, un rêve de gamin qu’il va pouvoir réaliser.

Mais pas à n’importe quel prix.

Fort du succès de sa trilogie, et en fin négociateur, il va pouvoir toucher un cachet digne d’un Tom Cruise, d’un Mel Gibson ou d’un Arnold Schwarzenegger.

Pas moins de 20 millions de Dollars, partagés avec ses scénaristes Fran Walsh (son épouse) et Philipa Boyens, ainsi que 20% des recettes du film seront partagées avec sa productrice… Fran Walsh.

Bref une affaire de famille qui fonctionne plutôt bien. Ce contrat représente une des meilleures offres jamais faite à un réalisateur par les studios Universal.

A l’instar du ‘’Seigneur des Anneaux’’, le film sera tourné en Nouvelle Zélande dès la fin de l’année, et les effets spéciaux y seront conçus là bas également.

La sortie en salle sera prévue pour le milieu de l’année 2005.


French touch

Deux ans après le succès outre atlantique d’Amélie Poulain, et ses 33 millions de Dollars de recettes, le cinéma français n’en fini plus de brasser des billets verts ici.

A tel point que depuis le début de l’année 2003, c’est outre atlantique que les films français auront été les plus vus.

Plusieurs raison à cela ; une distribution plus large vers les Etats-Unis, et un poids des producteurs français et européens plus important depuis quelques années.

Le meilleur exemple est à trouver avec ‘’le pianiste’’, une production française de langue anglaise réalisée par le repris de justice et violeur Roman Polanski, primée à Cannes, aux César, aux Oscars.

Résultat, avec une distribution dans 750 salles, le film a engrangé à ce jour 32 millions de Dollars.

L’avenir est donc aux films français de langue anglaise ?

Pas forcément, comme en témoignent plusieurs films sortis ces derniers mois qui vivent une carrière intéressante.

Sorti depuis le 9 mai, ‘’the man on the train’’ de Patrice Leconte distribué par Paramount s’est vite emparé de 83 salles pour cumuler à ce jour à 2,4 millions de Dollars.

‘’l’auberge espagnole’’ cumule de son côté à 2,7 millions de Dollars pour une distribution dans 92 salles.

Dans un registre différent, ‘’le peuple migrateur’’ de Jacques Perrin, sorti le 18 avril 2003 accumule à ce jour 6,5 millions de Dollars dans 69 salles.

François Ozon, un habitué des sorties outre atlantique enregistre d’ailleurs avec ‘’swimming pool’’ un de ses plus grands succès.

Sorti depuis le 2 juillet, il a récolté en 6 semaines 6,5 millions de Dollars et a enregistré une 16ème place au box office du 1er week end d’août, le situant devant ‘’charlie’s angels’’ et ‘’Hulk’’ pourtant sortis quelques jours plus tôt.

Une performance qui montre la fiabilité des films français sur le long terme.

La tendance avait déjà été enregistrée avec ‘’sous le sable’’ et ‘’8 femmes’’, les deux précédents film de Ozon.

Voilà qui démontre tout le potentiel des productions françaises outre atlantique.

Carnet rose

Ouvrons notre petit carnet rose maintenant à la lettre M comme mariage.

Après 8 ans de passion commune, l’actrice Emma Thompson et Greg Wise ont décidé de convoler en juste noce le 31 juillet dernier.

Leur mariage s’est déroulé pendant leurs vacances à Argyll en Ecosse, au cours d’une cérémonie en toute intimité qui réunissait quelques membres de la famille et les témoins, et bien sûr LACN…

A cette occasion, la mariée était en blanc tandis que son époux portait un kilt du plus bel effet, l’histoire ne dit pas ce qu’il portait en dessous.

Quant à la demoiselle d’honneur, il s’agissait de leur fille Gaia âgée de 3 ans. Bref, un charmant tableau de famille

Il ne manquait plus que Toby, leur basset nain de 4 ans.

On se souvient que le précédent mari de Emma Thompson n’était ni un nain ni un basset mais plutôt Kenneth Branagh et qu’après leur divorce en 1994, Emma avait fait la connaissance de Greg Wise sur le tournage de ‘’raison et sentiments’’ de Ang Lee.

Gouvernator

A peine la promotion de Terminator 3 terminée, Arnold Schwarzenegger se lance dans un autre grand projet ; Gouvernator. 

Le voilà qui brigue en effet le poste de gouverneur de l’état de Californie, sous la bannière des républicains, lors des élections qui auront lieu le 7 octobre prochain.

Outre le gouverneur sortant Gray Davis, Arnold Schwarzenegger devra lutter face à d’autres pointures dans leur domaine ; Larry Flint, Gary Coleman (le nain Arnold de la série Arnold & Willy), l’actrice pornographique Mary Carey et les deux autres candidats républicains Tom McClintock et Darrell Issa.

Nul doute que la compétition sera très serrée, mais Terminator en a vue d’autres.

Il possède déjà une expérience de conseiller à l’hygiène et à la santé sous le mandat de George Bush senior de 1989 à 1993. 

Quoiqu’il en soit, si le succès politique d’Arnold est à l’arrivée, il devra mettre en veilleuse ses autres projets cinématographiques, à commencer par ‘’Conan le barbare 3’’ et ‘’Terminator 4’’.

En revanche, il ne pourra pas prétendre marcher sur les traces du républicain Ronald Reagan qui fut successivement gouverneur de Californie à deux reprises puis président des Etats-Unis.

N’étant pas né sur le sol américain, il ne peut se présenter aux élections suprêmes malgré sa naturalisation en 1983.


Ça grince chez Sony

Rien ne va plus pour Sony Pictures, et notamment pour sa filiale Revolution Studios, dirigée par Joe Roth. 

La filiale enregistre depuis plusieurs mois un certain nombre d’échecs cuisants. Sur les 6 films proposés cette année par Revolution Studio, 3 grosses productions s’avèrent être des gouffres financiers ; ‘’les larmes du soleil’’ avec Bruce Willis et Monica Bellucci n’a rapporté que 43,6 millions de Dollars pour un coût de 80 millions de Dollars.

‘’Hollywood homicide’’ avec en vedette Harrisson Ford, a coûté la même somme et n’est parvenu qu’à rapporter difficilement 30 millions de Dollars.

Mais c’est avec ‘’Gigli’’, une bleuette niaiseuse affichant le couple Ben Affleck + Jennifer Lopez que le studio a touché le fond.

Il n’a récolté que 5,7 millions de Dollars pour des coûts de production s’élevant à 55 millions de Dollars.

Bref de quoi alerter grandement les responsables de Sony Pictures qui subissent pleinement les difficultés de leur filiale.

Du coup, Revolution Studios, qui s’était engagé auprès de Sony Pictures à fournir au moins huit films par an, va devoir baisser le coût moyen de ses productions et ce, sur les 14 films qu’ils prévoient de fournir à Sony dans les 18 mois qui viennent.

Il va en découler un plafonnement des productions à 40 millions de Dollars maximum par film, d’où par conséquent des participations aux bénéfices des acteurs et réalisateurs moins généreuses.

Pour le président de Revolution Studios, Joe Roth, il s’agit aussi d’une déconvenue personnelle, lui qui briguait la présidence de Sony Pictures…ses espoirs s’envolent. Hollywood, ton univers impitoyable…


Voilà, notre petit tour à Hollywood touche à sa fin, rendez-vous au prochain numéro pour d’autres news de LA.

Aucun commentaire