LACN n°10 juillet-août 2003 : Panoramic sur le box office

Voilà l’été, voilà l’été eh eh... Comme chaque année à pareille époque, la traditionnelle ruée vers les salles obscures s’effectue à l’occasion de la fête du cinéma. On en parle ici.


Puisqu'on vous dit d'aller au cinéma


En quelque sorte, c’est un peu comme tous les ans lorsqu’on voit le beauf de base qui, grâce à la Saint Valentin, trouve un prétexte pour aller au restaurant. Eh bien là, il trouve un prétexte pour aller au cinéma… évidemment au sein d’une foule bovine.

La grande fête du cinéma

Bref, la 19ème édition s’est déroulée du 22 au 24 juin dernier et l’enjeu était clair : drainer le maximum de spectateurs en salles et surtout relancer des entrées particulièrement moribondes ces derniers temps.

Il faut dire que le premier trimestre a enregistré des niveaux de fréquentation en baisse par rapport à l’année dernière.

A tel point que la semaine précédent la fête du cinéma n’a permis d’atteindre que 1 654 934 entrées versus 2002 et ses 2 953 309 entrées.

On se souvient que l’édition 2002 avait été emmenée par quelques locomotives ; ‘’Spiderman’’, ‘’Blade 2’’, et surtout ‘’l’auberge espagnole’’.

A la décharge de l’édition 2003, on n’a eu pas ou peu de blockbuster  à se mettre sous la dent (la vague Matrix est déjà retombée)… et surtout des tas de films-bof à commencer par ‘’qui a tué Pamela Rose’’, ‘’la recrue’’, ‘’le bison (et sa voisine Dorine)’’, le pitoyable ‘’Haute tension’’, ‘’2 fast 2 furious’’, ‘’les triplettes de Belleville’’.

Pas folichon tout ça

De ce fait, les 3,6 millions d’entrées de la fête 2002 (soit au total 4 737 555 entrées pendant la semaine) n’ont pas été atteints, le résultat frôlant seulement les 3 millions.

Pourtant avec cette chaleur, les salles climatisées sont bien tentantes parfois, mais les français ont sans doute préféré prendre tranquillement la route des plages…(à condition bien sur de posséder un véhicule climatisé)

L’évolution de la fréquentation cinématographique est donc globalement à la baisse sur les 5 premiers mois de l’année malgré un léger sursaut en mai qui atteint 14.9 millions d’entrées soit 14.4% de plus qu’en mai 2002.

Mais, cela n’empêche pas une chute des entrées de 7,4% depuis le début de l’année avec 76,4 millions d’entrées versus 82,6 en 2002.

Sur les 12 derniers mois écoulés, la baisse est de 3,4% avec des entrées estimées à 178,3 millions. 



Fréquentation totale
(millions d’entrées)
2003
2002
Evolution 2003/2002(%)
Janvier
14,2
16,3
-12,7
Février
19,0
23,3
-18,2
Mars
15,5
15,1
+2,2
Avril
12,8
14,8
-13,7
Mai
14,9
13,0
+14,4
5 premiers mois
76,4
82,6
-7,4
Année glissante (de juin n-1 à mai n)
178,3
184,7
-3,4

Source : CNC - Service des études, des statistiques et de la prospective


En bernes

Cela nous amène au global des 5 mois à une part de marché des films français de 42,1% contre 46,9% sur la même période en 2002.

Sur les 12 derniers mois elle diminue à 32,6% contre 54,4% pour les films américains.

Généralement l’été est peu propice à l’amélioration de la part de marché des films français. 

Cela n’est donc pas près de s’arranger lorsque l’on voit les prévisions de sorties américaines programmées en juillet et août. 

A commencer le 2 juillet par ‘’Hulk’’ puis ‘’it’s all about love’’, ‘’Charlie’s Angels ; full throttle’’ (le 16/07), ‘’les larmes du soleil’’ et ‘’Blue Crush’’ (le 23/07), ‘’Terminator 3’’ (le 6/08), ‘’Tomb Raider 2’’, ‘’Johnny English’’ (le 23/07), ‘’Les pirates des Caraïbes’’ (le 13/08), ‘’phone game’’ (le 27/08).



Part de marché (%)
Films Français
Films Américains

2003
2002
2003
2002
5 premiers mois
42,1
46,9
46,4
36,8
Année glissante (de juin n-& à mai n)
32,6
39,0
54,4
46,2


Côté français, l’été s’apparente à un désert cinématographique et les perspectives de flop sont nombreuses ; ‘’mariées mais pas trop’’ (le 9/07) de Catherine Corsini, ‘’l’outremangeur’’ (le 16/07) avec Eric Cantona, ‘’père et fils’’ de Michel Boujenah, ‘’le coût de la vie’’ (le 30/07) de Philippe Le Guay, ‘’rencontre avec le dragon’’… 

Le seul grand rendez vous nous amène à fin août avec ‘’les égarés’’ de André Téchiné et ‘’la petite Lili’’ de Claude Miller. 

Bref, pas de quoi non plus casser trois pattes à un canard, le cinéma français n’a pas fini d’être morose ni de pleurer Toscan du Plantier…


En bref, quelques breves

Du 5 au 14 septembre aura lieu le 29ème festival du film américain de Deauville. 

Il sera présidé cette année par Roman Polanski qui viendra à nouveau surfer sur la vague du pianiste et, espérons-le, ne donnera pas libre cours à de nouvelles frasques sexuelles. 

Il succède à Pierre Lescure qui en était le président l’an dernier.

2,12 millions d’Euros c’est le montant que Jamel Debbouze a récolté en 2002. 

Il devient ainsi l’acteur français le mieux payé devant Gérard Depardieu (2,02 ME) et Jean Reno (1,7 ME).

Jamel était à l’affiche de 2 films en 2002 ; ‘’Astérix et Obélix : mission Cléopâtre’’ et ‘’le boulet’’ ou il ne fait qu’une brève apparition.

On trouve ensuite derrière eux Christian Clavier (1,65 ME), Gérard Lanvin (1,64 ME), Daniel Auteuil (1,53 ME) et Samuel Le Bihan (1,23 ME).

Catherine Deneuve est la première femme à apparaître dans le classement en huitième position avec 1,15 ME à égalité avec Juliette Binoche.

Comme quoi, le cachet des actrices n’a aucun rapport avec leur talent.

Aucun commentaire