LACN n°3 mai-juin 2002 : Hors champ sur la case de l'oncle Sam

Pour finir ce numéro 3, voici des petites news de mon oncle d’Amérique… Exclusif !



L.A. est en ébullition

C’est à nouveau la menace de grève aux studios d’Hollywood… Après les négociations qui avaient empêché in extremis les débrayages des scénaristes et des acteurs, le conflit porte cette fois-ci sur la couverture sociale des tournages effectués à l’étranger (notamment Canada et Australie).
La SAG (Screen Actor Guild) propose de mettre en place une même couverture sociale quel que soit le lieu de tournage, ce que refuse l’AMPTP (Alliance of Motion Picture and Television producers), qui représente les producteurs locaux. Le conflit risque de s’enliser. Affaire à suivre …

De l’autre côté, l’union fait la force

Les sept plus grand studios hollywoodiens (Disney, Metro Goldwyn Mayer, Paramount Pictures, Twentieth Century Fox, Sony Pictures Entertainment, Universal Studios et Warner Bros.) se sont mis d’accord pour établir un standard commun pour le cinéma numérique.
A la clé, un format unique de projection numérique. Une politique évidente de globalisation qui offre l’avantage d’éviter la perte de qualité d’image sur pellicule, de baisser les coûts de transferts sur pellicules de films tournés en numérique ainsi que les coûts de projection, et de faciliter le transfert en supports DVD.
A terme se profile la suppression des pellicules (youpi, enfin des cheveux sains !) et la transmission des films par réseau ou satellite.
Un passage auquel semblent rechigner les producteurs européens. Il reste donc encore un peu de temps avant le passage au tout numérique

Et le second plus gros succès de tous les temps pour un film d’animation est ?

C’est Monstres et Compagnie !
Sorti en novembre 2001 aux Etats Unis, et le 13 mars 2002 en France, le film événement des studios Pixar a engrangé 505,3 millions de Dollars de  recettes globales (dont 253 millions de Dollars rien que pour les USA).
Monstres et Cie a devancé Alladin (502 millions de Dollars de recettes) mais reste loin derrière Le Roi Lion et ses 771,9 millions de Dollars de recettes, leader intouchable de l’animation.

Combien ça coûte ?

Le coût moyen de production d’un film de studio a baissé par rapport à 2000 (47,7 millions de Dollars contre 54,8 millions de Dollars).
Dans le même temps le coût d’exploitation s’est envolé à 31,01 millions de Dollars versus 27,3 millions de Dollars en 2000.
Au total le coût moyen d’un film (production et exploitation) atteint 78,71 millions de Dollars et enregistre une baisse de 4% par rapport à 2000.

Qui c’est qui ?

Le spectateur moyen américain est jeune (42% des spectateurs sont des 12-24 ans), va occasionnellement au cinéma (de 2 à 11 fois par an) et a vu en moyenne 5,3 films en 2001. 
Enfin, 27% des spectateurs de cinéma sont des gros consommateurs de films (et pas seulement de pop-corn au beurre fondu) et totalisent à eux seuls 82 % des ventes totales de billets.

Aucun commentaire